Nintendo : le succès de « Mario Kart 8 » n’empêche pas une restructuration en Europe

La récente sortie de « Mario Kart 8 » est une véritable aubaine pour Nintendo qui est en proie avec de graves difficultés. Ce n’est pas le succès commercial du jeu qui va empêcher la firme japonaise à poursuivre sa restructuration, notamment en Europe.

Après une perte de 457 millions de dollars lors de l’exercice fiscal 2013, la situation de Nintendo n’est pas aussi radieuse que le succès commercial de « Mario Kart 8 » pourrait le laisser penser. Le principal problème de la firme japonaise est que les ventes de sa Wii U peinent toujours à décoller.

Si les récentes sorties de « Mario Kart 8 », mais aussi de « Donkey Kong Tropical Freeze » et « Mario 3D World » semblent insuffler un élan positif pour la Wii U, la tâche s’annonce tout de même compliquée pour Nintendo. C’est dans ce sens que, parallèlement aux lancements de nouveaux produits, la firme japonaise poursuit ses restructurations.

C’est ainsi que Nintendo Europe annonce que 130 postes de travail seront supprimés en Allemagne, à Großostheim. Si le site historique de Francfort n’est pour le moment pas concerné, c’est le second quartier général de Nintendo en Allemagne qui va fermer. Si certains employés concernés par cette décision sont transférés, cela ne sera pas le cas pour tout le monde.

Dans son communiqué annonçant cette nouvelle, Nintendo Europe précise que « Ces mesures n’ont pas été prises à la légère, qu’elles sont le fruit d’une analyse approfondie et d’un examen attentif », ajoutant encore que cette décision a murement été réfléchie depuis longtemps.

Nintendo Europe : 130 emplois supprimés en Allemagne
Nintendo Europe : 130 emplois supprimés en Allemagne

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentE3 : Ubisoft fera le show à minuit
Article suivantFlickr : passage obligatoire par Yahoo!

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here