Jeux

Nintendo Switch : record de lancement en France

Record de vente pour la Nintendo Switch en France en 2017

Neuf cent onze mille machines vendues en quarante-quatre semaines de commercialisation, et ce depuis mars 2017. Un carton pour l’entreprise japonaise qui dépasse par ces chiffres son propre succès réalisé avec la Wii en son temps (703 000 ventes sur une période équivalente) et celui de la PlayStation 4 de Sony (650 000). La console de salon accumule les records aux États-Unis et au Japon également où elle se vante de faire mieux que la PS2 qui détient le record absolu pour une console de jeux avec 155 millions de ventes dans le monde.

Nintendo garde les pieds sur terre malgré tout. Le directeur général France de la marque explique dans une interview accordée à Challenges que « La clé du lancement réussi de la Switch tient au lancement de grands jeux sur notre console ». Et c’est ce qui permettra à la Switch de durer… le directeur Philippe Lavoué explique également à Pixels qu’en neuf mois la Switch s’est mieux vendue que sa prédécesseure, la Wii U, ne l’avait fait en cinq ans.

En France, ses jeux les plus vendus sont : Super Mario Odyssey avec 512 000 exemplaires vendus, Mario Kart 8 Deluxe avec 508 000 exemplaires vendus et Zelda Breath of the Wild qui s’en sort très bien aussi avec 410 000 exemplaires. Le jeu de tir Splatoon 2 s’est vendu quant à lui à 250 000 exemplaires, tandis que 1-2 Switch, titre dont la qualité est plus discutable, mais qui bénéficie du fait d’être l’un des seuls titres disponibles lors du lancement de la console, s’est vendu à 200 000 exemplaires. Le jeu de combat Arms, mis en avant lui aussi par Nintendo au lancement de la Switch, n’a en revanche pas été évoqué. Les deux cent cinquante mille ventes pour Splatoon 2 sont-elles une semi-déception pour la France ? Le jeu est le plus gros succès de la console au Japon, où près de trois propriétaires de Switch sur cinq l’ont acheté. Philippe Lavoué préfère voir « le verre à moitié plein » : « C’est une possibilité d’accélération tout à fait significative ! »

Les jeux développés par des éditeurs tiers comme Ubisoft ou Electronic Arts ont également eu leur part du gâteau avec 150 000 exemplaires vendus pour Mario + The Lapins crétins et 50 000 pour Rayman Legends. Pas de trace cependant des titres Doom et Skyrim, des jeux plus destinés à un public de gamers qui préfèrent les PC ou les consoles concurrentes de Sony et Microsoft.

« Je n’ai pas de chiffres précis. “Doom”, c’est petit. Mais on ne peut pas comparer. Ce sont des communautés qui ne sont pas sur Switch au départ, il faut un petit peu de temps pour les convaincre. C’est comme “FIFA” : on pourrait se dire, 73 000 exemplaires, c’est quoi comparé aux ventes de “FIFA” sur PlayStation 4 ou sur Xbox ? Mais nous, très clairement, on a l’intention de le vendre très longtemps. »

Les perspectives sont encore floues, mais Nintento, fort de cette année exceptionnelle, devrait continuer sur sa lancée et espérer marcher sur les pas de la Wii et ses 6,5 millions d’unités vendues. De nouvelles itérations de séries déjà existantes seront sûrement proposées :

« il y aura Bayonetta 1 et 2 [initialement sortis sur Wii U] dès le mois prochain, et la logique c’est un grand jeu par mois, en reprenant la recette de ceux qui ont bien fonctionné en 2017 : Kirby Star Allies, Fire Emblem, Yoshi… », énumère le directeur de la marque Philippe Lavoué.

Autant de licences bien connues des plus fervents adeptes de Nintendo, mais qui ne possèdent pas nécessairement de la même aura aux yeux du grand public. « Il y a un Pokémon RPG qui est en développement, il y a des annonces qui vont arriver sur des grandes franchises que je ne peux pas dévoiler pour l’instant », nuance Monsieur Lavoué.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir par désactiver votre bloqueur de publicité.