Nissan annonce des GT-R LM Nismo pour le championnat du monde d'endurance 2015

Après avoir annoncé son retour en LMP1, la catégorie reine de l’endurance, Nissan précise que ce seront deux Nissan GT-R LM Nismo qui prendront le départ des étapes du Championnat du monde 2015.

Avec les retours annoncés d’Audi, Toyota, et Porsche, l’affiche du Championnat du monde d’Endurance va encore s’étoffer par le retour de Nissan en 2015, après quinze ans d’absence de la catégorie reine : celle des prototypes LMP1.

Si ce retour a déjà été annoncé depuis quelques mois, le constructeur japonais Nissan précise aujourd’hui que ses prototypes seront baptisés GT-R LM Nismo. Concrètement, le GT-R provient du nom de sa sportive culte, le LM pour Le Mans, et Nismo pour le nom du département sport et compétition de Nissan (NISsan MOtorsport).

S’il faudra encore patienter pour découvrir le design et les caractéristiques de cette GT-R LM Nismo, Andy Palmer, vice-président exécutif de Nissan, précise que « La catégorie LM P1 ne consiste pas en une simple course à l’armement, que tous nos rivaux ont opté pour des approches techniques différentes et nous en ferons de même ». Il ajoute que « Nous n’avons pas l’intention de produire un hybride qui fasse penser à une autre LMP1, mais réaliser quelque chose de différent ».

Avec de telles promesses, mais aussi des participants si prestigieux, il est certain que le Championnat du monde d’Endurance retrouvera toutes ses lettres de noblesse.

À ce sujet, il est bon de préciser que l’édition 2014 des 24 Heures du Mans se déroulera les 14 et 15 juin prochain et qu’un hybride Nissan ZEOD RC sera invitée à y participer sous le n° 56.

Endurance 2015 : Nissan de retour en LM P1 avec deux GT-R LM Nismo
Endurance 2015 : Nissan de retour en LM P1 avec deux GT-R LM Nismo

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFacebook : ajout des menus de restaurant dans les Pages Pros
Article suivantNSA : une première réforme ambigüe

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here