Nokia : la gamme Asha pour tenter de redresser la barre

Totalement larguée sur le marché des téléphones portables multifonctions, la firme finlandaise tente de refaire son retard face à la concurrence. Après la série Lumia haut de gamme, Nokia vise le créneau du low-cost avec sa gamme Asha.

Nokia a présenté mercredi trois smartphones de la gamme Asha à moins de 100 euros. Après les modèles Lumia, cette annonce démontre que la firme finlandaise, totalement larguée sur le marché des téléphones portables multifonctions, tente de refaire son retard face à la concurrence acharnée d’Apple et de Samsung notamment.

Ces trois appareils sont équipés d’un grand écran tactile, devraient faire la joie des clients des pays émergents. Du moins le pense-t-on. Car si Nokia a communiqué les prix de ses trois nouveaux smartphones en euros, il n’a rien dit sur les marchés qu’il envisageait de cibler. La demande de téléphones multifonctions tactiles bon marché est en très forte hausse. Selon le cabinet d’études Strategy Analytics, cité par l’agence Reuters, il s’en est vendu 105 millions d’exemplaires dans le monde en 2011.

Les prix de ces trois nouveaux modèles s’échelonnent de 63 à 92 euros. La technologie 3G sera réservée au modèle le plus cher, le 311. Le 306 pourra se connecter à un réseau Wi-Fi et le 305 sera en mesure de recevoir deux cartes SIM distinctes.

Cette diversification doit aider le fabricant finlandais à se remettre à flot, lui qui a enregistré l’an dernier une perte nette de plus de 1 milliard de francs.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : nouvelle procédure juridique contre Samsung
Article suivantFree Mobile : 1er prix du Podium de la Relation Client 2012 (téléphonie mobile)

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here