Nokia ouvre les précommandes pour Ozo, la caméra de réalité virtuelle à 360°

En juillet dernier, Nokia avait indiqué son intention de se lancer dans la réalité virtuelle, non pas avec un casque, mais une caméra : Ozo. Les précommandes sont désormais ouvertes.

Nokia s’intéresse au marché de la réalité virtuelle, mais pas du côté de l’utilisateur, plutôt de celui du créateur de contenus. C’est ainsi que, au mois de juillet, le groupe finlandais avait présenté Ozo, une caméra portable capable de filmer à 360°.

8 capteurs pour filmer à 360°

Pour pouvoir filmer à 360°, la caméra Ozo est dotée de 8 capteurs synchronisés, chacun d’une résolution de « plus de 2000 x 2000 pixels ». Le dispositif embarque aussi 8 micros pour la prise de son, aussi à 360°. Le tout se présente sous la forme d’une boule d’environ 17 cm de diamètre, pour un poids de 4,2 kg.

Pour fonctionner, Ozo embarque aussi un disque SSD de 500 Go. Cet espace de stockage est capable de stocker 45 minutes d’enregistrement vidéo. Pour que son alimentation soit autonome, la caméra embarque aussi une batterie.

Un prix dissuasif pour le grand public

Ozo pourrait être une caméra susceptible d’intéresser beaucoup de monde. Pourtant, son prix se relève plutôt dissuasif pour le grand public. Alors que Nokia vient d’ouvrir les précommandes, elle est en effet affichée à 60 000 dollars, un prix qui la réserve avant tout aux professionnels.

À ce prix « de base », il faut encore éventuellement ajouter 5 000 dollars pour la cartouche média (incluant la batterie), 1 500 dollars pour une station d’accueil, ou encore 2 500 dollars de plus pour 500 Go de stockage de réserve. Nokia indique également que l’Ozo sera livrée au courant du premier trimestre 2016.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPour son smartphone LG Zero, LG adopte le métal
Article suivantGoogle Glass : de lunettes… à simple monocle ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here