Nokia se prépare à revenir sur le marché des mobiles

Ce n’est qu’à la fin 2016 que Nokia pour à nouveau se lancer sur le marché des téléphones mobiles. Mais dès à présent, la firme finlandaise se prépare à son retour.

Ancien numéro un mondial de la téléphonie mobile, Nokia avait complètement raté le passage au smartphone. De leader, la marque finlandaise s’est retrouvée reléguée loin derrière Samsung et Apple, sans parler des autres fabricants.

Fin 2013, la vente de sa division téléphone mobile à Microsoft laissait penser que Nokia comptait tourner la page, se consacrer à d’autres activités telles que les équipements réseaux.

Lancement de la tablette N1 a rapidement révélé que l’intention de Nokia était bien de tourner la page, mais pas d’abandonner le marché.

Depuis, le groupe se prépare à son grand retour sur ce marché, un retour prévu à la fin 2016 en vertu d’un accord de non-concurrence avec Microsoft.

Rajeev Suri, le patron de Nokia a clairement signifié ce retour sur le marché des mobiles. D’ailleurs hormis la tablette N1, l’entreprise s’y prépare.

Alors que Nokia avait prévu de licencier une septantaine de personnes, seule la moitié sera renvoyé. Pour cause, l’entreprise engage !

Sur LinkedIn, des dizaines de postes d’emplois en Californie sont apparues, des postes dans le développement de produits, des ingénieurs Android, et des spécialistes de la mobilité.

Grâce à l’acquisition d’Alcatel-Lucent, Nokia pourra aussi compter sur le Bell Labs, un centre de recherche américain dont les scientifiques ont remporté huit prix Nobel, de la véritable matière grise pour ses projets.
Nokia semble vouloir se doter des armes nécessaires à son retour. Mais face à Samsung et Apple, cela s’annonce particulièrement compliqué sur un marché hyper concurrentiel et très dynamique.

Justement, pour limiter les risques, Nokia compte adopter une autre stratégie que précédemment, c’est-à-dire ne plus fabriquer lui-même ses appareils, mais trouver un partenaire qui fabriquerait et vendrait les appareils, moyennant une commission pour la firme finlandaise qui aurait en charge que la conception.

Certes moins rentable que de fabriquer soi-même ses appareils, le système des licences est aussi moins risqué.

Si Philips et Alcatel ont démontré que ce système de licence pouvait fonctionner, l’arrivée des fabricants chinois et indiens risque tout de même de grandement compliquer les choses.

« Les barrières pour entrer sur le marché des téléphones n’ont jamais été aussi basses, presque tout le monde peut entrer sur le marché des smartphones », commente Ben Wood, analyste chez CCS Insight.

Ben Wood. « Barrières à l’entrée dans le marché des combinés sont plus bas que jamais et presque tout le monde peut entrer dans le marché des smartphones.

Si la marque Nokia a longtemps été connue comme faisant partie des 5 marques les plus connues au monde, sa renommée n’a pas cessé de dégringoler depuis 2009 au point qu’elle s’apprête à sortir du Top-100. « Une marque est vite oubliée, si elle est absente de l’activité grand public », explique Anssi Vanjoki, professeur à l’Université de technologie de Lappeenranta.

« La marque n’aidera pas beaucoup si le produit est similaire à ce qui est déjà proposé. S’il s’agit de quelque chose de nouveau et intéressant, alors l’héritage de la marque peut s’avérer utile », ajoute-t-il.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAperçu d’OS X 10.11 El Capitan
Article suivantLes géants de l’internet se liguent contre la pédopornographie

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here