Nokia vend son service de cartographie Here à Audi, BMW et Mercedes

Le service de cartographie Here de Nokia a un repreneur. Il s’agit des marques concurrentes Audi, BMW et Mercedes.

Habituellement concurrents, les constructeurs automobiles Audi, BMW et Mercedes se sont alliés dans le but de racheter le service de cartographie Here de Nokia. Le groupe finlandais vient d’annoncer la vente, une transaction validée par les autorités de la concurrence. L’acquisition a été faite pour un montant de 2,55 milliards d’euros.

Here va continuer, avec des données en plus

Rien ne devrait changer pour les utilisateurs de Here. Il est annoncé que l’application continuera à fonctionner, sans changement. Par contre, certains changements sont tout de même annoncés, comme un enrichissement de la plateforme avec de nouvelles données en temps réel. Pour rappel, le service de cartographie propose des cartes HD comprenant de nombreuses informations. Les abonnés ont accès aux données de près de 200 pays, dans plus de 50 langues.

Audi, BMW et Mercedes se positionnent face à Google Maps

Habituellement concurrents, les constructeurs automobiles Audi, BMW et Mercedes se sont alliés pour faire l’acquisition de Here, mais aussi pour faire front face à Google Maps. La firme de Mountain View compte en effet aussi proposer une solution de cartographie embarquée pour les véhicules. De ce fait, cette acquisition permet aux marques automobiles de se positionner sur ce marché.

L’intention d’Audi, BMW et Mercedes est aussi de séduire d’autres constructeurs, par exemple Renault, Peugeot, Ford, Fiat, General Motor, etc. Ils pourraient investir dans Here. « Pour l’industrie automobile, c’est la base de nouveaux systèmes d’assistance et, à terme, de la conduite pleinement autonome », ont conjointement déclaré les trois acquéreurs. En clair, ils ne veulent pas tout laisser aux géants du web de la Silicon Valley.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWindows 10 Mobile existe en version finale
Article suivantL’emblématique Méhari va renaitre à Rennes, en version 100% électrique

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here