Une nouvelle échéance pour le mariage entre Orange et Bouygues Telecom

Tant du côté d’Orange que du côté de Bouygues, les conseils d’administration se sont réunis mercredi en fin d’après-midi dans le but de statuer sur le mariage entre l’opérateur et la filiale télécoms du groupe de BTP. Dans des communiqués respectifs laconiques, on apprend qu’aucune décision définitive n’a encore été prise.

En fait, les deux parties se donnent une nouvelle échéance : la fin de la semaine. C’est en écrivant que « le conseil d’administration réuni le 30 mars 2016, a constaté que les négociations entre Orange et Bouygues n’étaient pas suffisamment avancées. Il se réunira donc avant la fin du week-end prochain afin de prendre une position définitive sur la poursuite de ce projet de rapprochement » que Bouygues annonce que la décision finale sur ce mariage devrait donc être prise avant dimanche. Même son de cloche chez Orange qui dit que « son Conseil d’Administration pour examiner le résultat de ces discussions d’ici le 3 avril 2016 prochain ».

Si rien n’a encore été décidé, c’est parce qu’il existe encore deux points sensibles à régler. Le premier concerne la future participation de Bouygues dans le capital d’Orange, ce qui a un impact direct sur la participation de l’État français. Le premier veut obtenir une participation significative alors que le second veut rester durablement l’actionnaire majoritaire.

La seconde pierre d’achoppement concerne les coûts de ce mariage, de ce rachat de Bouygues Telecom par Orange. En fait, il s’agit aussi de ce que Free et SFR vont dépenser pour acquérir des actifs dans le but que le dossier de cette acquisition soit accepté par l’Autorité de la concurrence. Si le dossier est mal ficelé, des coûts supplémentaires pourraient être nécessaires, ce qui pourrait tout remettre en cause.

Alors que les négociations vont reprendre cette fin de semaine, la décision sur ce mariage, ou pas, devrait donc tomber d’ici dimanche. Il ne reste plus qu’à attendre encore quelques jours avant de connaitre le fin mot de ce rapprochement.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSnapchat se métamorphose en s’inspirant de Facebook Messenger
Article suivantDes incertitudes planent sur le succès de la mission ExoMars 2016

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here