Nouvelles conditions d’utilisation de Facebook : un chèque en blanc ?

Alors que Facebook annonce de nouvelles conditions d’utilisation, des députés britanniques avertissent qu’il s’agit en fait d’un chèque en blanc.

Facebook annonce de nouvelles conditions d’utilisation soi-disant plus simple et plus compréhensibles. Ce n’est pas l’avis des députés britanniques de la commission Science et Technologie du Parlement anglais.

Ils dénoncent des conditions d’utilisation de leurs services que « personne de raisonnable ne peut comprendre ». Allant même plus loin, ils affirment qu’il s’agit d’un chèque en blanc vu que les conditions permettent de pratiquement tout faire, y compris prendre des photos et tourner des vidéos sans le consentement explicite du propriétaire du mobile.

C’est ainsi que le député Andrew Miller, Président de la Commission, explique : « Soyons honnêtes, la plupart des gens clique sur Oui aux termes et conditions, sans les lire, parce qu’ils sont souvent ridiculement longs et écrits dans un genre de jargon juridique et qu’il faut un diplôme de droit des États-Unis pour comprendre ».

Il ajoute que « Les entreprises socialement responsables ne veulent pas embobiner leurs utilisateurs, y compris les réseaux sociaux. C’est pour cette raison que nous demandons au gouvernement que des directives strictes soient élaborées ». Il précise que « un paragraphe devra concerner les données qu’exigent les apps pour s’inscrire pour savoir ce qui en est fait ».

Dans un avenir proche, Andrew Miller espère que les lignes directrices émises par son comité fassent évoluer les choses dans le bon sens. « J’espère que ces lignes directrices soient volontairement adoptées, sinon une législation pourrait être nécessaire ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAssassin’s Creed Unity : des cadeaux pour faire oublier les bugs
Article suivantAir France va tester le Wi-Fi en vol

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here