NSA : 70% des réseaux mobiles mondiaux sous surveillance

Le magazine The Intercept avance que la NSA surveillait 70% des réseaux mobiles mondiaux en mai 2012.

Le magazine The Intercept révèle que la NSA aurait réussi à collecter, en mai 2012, les informations de 701 réseaux cellulaires sur 985, soit 70% des réseaux mobiles du monde. Cette affirmation s’appuie sur les révélations de l’ex-agent de la NSA Edward Snowden.

Selon les révélations de The Intercept, cette couverture massive s’est effectuée via le programme AuroraGold. Lancée en 2011, cette initiative était pilotée par deux entités de la NSA : le Wireless Portofolio Management Office et le Target Technology Center. Son objectif était d’obtenir des informations pour faciliter d’éventuels espionnages dans le futur.

Pour parvenir à ses fins, l’agence américaine a espionné plus de 1 201 comptes d’employés d’opérateurs mobiles mondiaux dans le but de mettre la main sur des fichiers permettant d’obtenir des identifiants ou des données informatiques sur la zone où est localisé un téléphone. Ces informations avaient pour but de permettre à la NSA s’introduire des failles dans les réseaux pour les espionner plus facilement dans le futur.

Interrogés par The Intercept, la NSA Américaine et le GCHQ britannique se contentent de clamer qu’ils sont restés « dans les limites de la légalité ».

Le magazine précise par ailleurs que l’opération ne visait pas que l’accès aux réseaux, mais aussi à espionner les avancées technologies des opérateurs dans le but d’être paré aux évolutions futures.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUn timelapse pour montrer l’assemblage d’un stégosaure
Article suivantWindows 10 : son calendrier de lancement se précise

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here