NSA : et si Google savait tout de PRISM ?

Alors que Google nie toujours avoir eu connaissance des agissements de la NSA, l’agence gouvernementale affirme que le géant de l’internet était au courant de l’existence de PRISM.

Alors que le tsunami provoqué par les révélations d’Edward Snowden sur les pratiques de la NSA ne s’est pas encore complètement calmé, de nouvelles révélations viennent entretenir le grand doute autour de ces pratiques.

Par exemple, les géants de l’internet ont toujours clamé haut et fort qu’ils n’étaient pas au courant des pratiques de l’agence de renseignement américaine. Pourtant, la NSA affirme de son côté que les entreprises concernées par cette surveillance étaient parfaitement au courant de cet espionnage.

Bien évidemment que Larry Page, patron de Google, a réagi en niant formellement être au courant de pareils agissements. Pourtant entre NSA et Google qui dit la vérité ?

Vu que le général Rajesh a clairement répondu « oui », devant une commission sénatoriale, à la question visant à déterminer si les entreprises du web étaient informées la surveillance, il semble que la version de la NSA soit pour le moment la plus crédible. Le général précise par ailleurs qu’il ne pouvait pas en être autrement en vertu de la Foreign Intelligence Surveillance Act.

Dès lors, malgré les déclarations de Google et des autres, on ne peut pas s’empêcher de penser qu’ils tentent d’accuser l’agence gouvernementale simplement pour se décharger de toute responsabilité alors qu’ils ont visiblement aussi les mains sales !

Une chose est certaine, cette révélation n’est que le énième rebondissement découlant des révélations d’Edward Snowden et qu’il y en aura encore beaucoup d’autres.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédent8e anniversaire de Twitter : souvenir, souvenir…
Article suivantMicrosoft : présentation officielle de DirectX 12
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here