NSA : la Fondation Wikimédia porte plainte

C’est pour violation du premier et quatrième amendement de la Constitution américaine que la Fondation Wikimédia va porter plainte contre la NSA.

C’est ce mardi 10 mars 2015 que la Fondation Wikimédia annonce vouloir déposer une plainte contre la National Security Agency (NSA). Celle qui édite notamment l’encyclopédie collaborative Wikipédia reproche à l’agence gouvernementale d’avoir violé le premier amendement de la Constitution américaine qui garantit la liberté d’expression, ainsi que le quatrième amendement qui protège les citoyens contre les arrestations et enquêtes arbitraires.

« En se connectant directement aux dorsales internet, la NSA s’est attaquée au cœur même de la démocratie », dénonce Lila Trtikov, la directrice exécutive de Wikimédia.
Plus précisément, la plainte vise le système « upstream », un vaste programme de collecte de donner directement sur les câbles sur lesquels transitent les informations.

La plainte de la Fondation Wikimédia va être déposée conjointement avec huit autres organisations, dont la puissante American Civil Liberties Union (ACLU), un organisme qui défend les droits fondamentaux des citoyens américains.

Alors que les précédentes plaintes contre les programmes de la NSA ont été rejetées parce que les plaignants n’étaient pas parvenus à prouver que leurs clients ont été victime des pratiques de l’agence, Wikimédia détient d’une preuve que c’est son cas, un document fourni par Edward Snowden qui mentionne nommément Wikipédia et ses utilisateurs comme « cible des programmes de surveillance ».

Il reste tout de même à savoir si cette affaire ira réellement jusqu’au tribunal.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentResearchKit : Apple va collecter des tonnes de données personnelles !
Article suivantGros coup d’accélérateur pour la biométrie

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here