Numericable-SFR : la ville de Paris menace de couper internet !

Si Numericable-SFR ne règle pas son loyer à la ville de Paris, la mairie menace de priver les clients d’internet.

Cela fait maintenant plusieurs mois que Numericable-SFR et la ville de Paris sont en conflit au sujet de l’occupation de locaux. Alors que la capitale française met à disposition des locaux, l’opérateur conteste une augmentation du loyer dû pour l’utilisation de ces locaux.

En vertu d’une convention signée entre les deux parties et qui est arrivée à échéance en février 2015, la mairie de Paris accuse l’opérateur de lui devoir la somme de 8,37 millions d’euros.

Reprochant à Numericable-SFR de ne pas avoir payé l’intégralité de la redevance liée à la mise à disposition de locaux, la mairie de Paris a mis en demeure l’opérateur de payer et menace de retirer les équipements, ce qui correspondrait à couper internet aux clients.

La ville de Paris considère Numericable-SFR comme étant un « occupant sans droit ni titre ». C’est ainsi qu’elle à demander à l’opérateur de retirer ses équipements avant le 10 août, ou elle le fera elle-même d’ici là si SFR-Numericable n’a pas régularisé sa situation.

De plus, la mairie reproche à l’opérateur d’être « le seul » à avoir refusé de signer « une convention élaborée en 2009 » prévoyant une mise à jour des tarifs appliqués.

Alors qu’une coupure de service menace les clients de Numericable-SFR, l’opérateur se veut rassurant. Jérôme Yomtov, secrétaire général de Numericable-SFR, déclare : « Les relations sont bonnes avec la mairie de Paris. Nous espérons toujours trouver un accord sur le montant du loyer, mais si ce n’est pas le cas, ça ne changera de toute manière rien pour les abonnés, il n’y aura pas d’écran noir ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFrères Bogdanov : 2 000 euros à payer au CNRS
Article suivantGmail : une mise à jour pour personnaliser sa boite au lettre

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here