Numericable-SFR : les hausses continuent, sur la box fibre cette fois

Numericable-SFR continue à revoir ses tarifs… à la hausse. Cette fois, il s’agit de trois des quatre offres triple play de SFR.

Du point de vue tarifaire, la fusion de Numericable et SFR n’est pas une réussite pour les clients vu qu’elle est synonyme de hausse des tarifs, rien de brutal, mais des augmentations tout de même.

Deux mois après avoir aligné ses tarifs sur ceux de Numericable, c’est au tour de trois des quatre offres triple play de SFR de prendre l’ascenseur.

En fait, ce n’est pas les offres elles-mêmes qui voient leur prix augmenter, mais l’offre promotionnelle de 12 mois visant à appâter les nouveaux clients. Il est à noter que, anachroniquement, le tarif promotionnel du forfait cœur de gamme baisse lui de tarif.

Il est à préciser que ces tarifs sont valables pour les nouveaux abonnés et seulement pour les offres fibre à terminaison coaxiale exploitant le réseau historique de Numericable, mais également pour les offres FTTH.

Alors que Numericable-SFR enregistre une hémorragie au niveau de ses clients, nombreux étant ceux qui se sont décidés à aller voir ailleurs, cette stratégie financière vise à augmenter les marges de l’opérateur. Ce but est bel et bien atteint avec une croissance retrouvée après seulement deux trimestres, mais avec la contrepartie du départ de centaines de milliers de clients. Pour l’heure, cela n’a pas l’air de perturber Patrick Drahi, le président de la maison-mère.

Les nouveaux prix deviennent donc :

  • Starter à 30 ou 100 Mb/s : 26 à 30 euros/mois durant 12 mois, puis 40 euros/mois
  • Power à 200 Mb/s : 38 à 40 euros/mois, puis 49 euros/mois
  • Power + à 400 Mb/s : 42 à 43 euros/mois, puis 58 euros/mois
  • Power + à 800 Mb/s ou à 1 Gb/s : 44 à 45 euros/mois, puis 60 euros/mois

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentIntel Skylake : votre PC Windows 10 se réveillera à la voix !
Article suivantLes utilisateurs d’iPhone ont désormais aussi accès à la version web de WhatsApp

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here