Nvidia démontre la véracité des premiers pas de l’homme sur la Lune

Afin de démontrer les performances de sa nouvelle carte graphique, la GTX 980, Nvidia a reconstitué la scène des premiers pas de l’homme sur la Lune, démontrant ainsi la véracité des clichés d’origine.

Si la mission Apollo 11 et les premiers pas de l’homme sur la Lune le 20 juillet 1969 ont marqué l’esprit de millions de gens à travers le monde, cet événement est également teinté de certains mystères qui ont alimenté la théorie du complot qui clame, depuis 40 ans, que les images ne sont qu’une vaste supercherie.

Parmi les éléments pointés du doigt par les détracteurs, la source de lumière impossible à identifier sur la photographie qui éclaire Buzz Aldrin en train de descendre de l’échelle du LEM alors qu’il est du côté sombre de l’alunisseur.

C’est pour démontrer les performances de sa nouvelle carte graphique, la GTX 980, et la puissance de son moteur Unreal Engine 4 que Nvidia a reconstitué la scène de l’alunissage.

Grâce à sa technologie Voxel Global Illumination (VXGI) qui permet de très fidèlement reconstituer la lumière d’une scène, sans éclairage direct, sur la base des différents reflets qui illuminent les éléments en place, la mystérieuse source de lumière qui illumine Buzz Aldrin a pu être identifiée : il s’agit de la combinaison de Neil Armstrong, véritable miroir en la circonstance.

De fait, hormis la démonstration des performances de sa nouvelle carte graphique, Nvidia a réussi à résoudre un mystère qui plane depuis de très nombreuses années. Pour vous en convaincre, il suffit de visionner les coulisses de cette expérience en vidéo.

BUZZ ALDRIN NVIDIA

La combinaison de Neil Amstrong, un parfait miroir

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle Sciences fair : pas de victoire française, mais…
Article suivantPiBot, un robot capable de piloter un simulateur de vol

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here