Objets connectés : ARM lance son Mbed OS

Et si ARM mettait tout le monde d’accord au sujet des objets connectés avec son système d’exploitation Mbed OS ? ARM lance un système d'exploitation pour les objets connectés

Les objets connectés sont un enjeu majeur pour tous les grands groupes high-tech. Ce n’est pas pour rien que chacun propose « sa » solution pour tenter de s’accaparer un maximum de part de ce marché qui s’annonce particulièrement juteux. C’est donc relativement sans surprise qu’ARM se joint à cette bataille en présentant son Mbed OS.

Alors qu’ARM est le leader incontesté des SoC utilisés dans l’internet des objets, cet avantage de taille pourrait contribuer à ce que sa solution mette tout le monde d’accord alors que le marché des objets connectés montre déjà des signes de fragmentation alors qu’il est à peine né.

C’est à l’occasion de conférence TechCon de San Francisco qu’ARM a fait cette annonce, en précisant qu’une version alpha de son Mbed OS sera disponible encore cette année.

Gratuit, Mbed OS se veut un standard ouvert, une OS qui a pour vocation d’unifier l’écosystème de l’internet des objets alors que plusieurs alliances se sont déjà formées.

Compatible avec la norme 6LoWPAN, pour IPv6 Low Power wireless Area Networks, Mbed OS supporte de nombreux standards de connectivité sans-fil, par exemple Bluetooth Low Energy, 2G, 3G, LTE, CDMA, Threads, Wi-Fi, etc.

Plus qu’un simple système d’exploitation, ARM compte également proposer Mbed Device Server, une plateforme de développement pour Mbed OS. Proposée aux entreprises sous licence, cette plateforme vise à permettre aux sociétés de gérer leur parc d’objets connectés et de sécuriser la transmission des données, ainsi que leur collecte.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNissan : est-ce que la Pulsar Nismo Concept a de quoi rivaliser avec une Golf GTI ?
Article suivantMondial de l’Auto : est-ce que la Tesla va séduire les Français ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here