Opel met 150 chevaux dans l’Adam S

Présentée sous forme de concept au salon de Genève, l’Adam S finalisée et ses 150 chevaux sera officialisée par Opel au Mondial de l’Automobile de Paris.

Avec son châssis affûté et ses 150 chevaux, la déclinaison sportive de l’Adam, l’Adam S, avait marqué les esprits lors du dernier salon de Genève. Si la bombinette d’Opel était alors présentée sous forme ce concept-car, c’est sa version finale que le constructeur présentera du 4 au 19 octobre au Mondial de l’Automobile de Paris.

C’est en équipant son Adam d’un moteur 1.4 litre Turbo ECOTEC boostée à 150 chevaux qu’Opel créé son Adam S, une voiture dotée d’un couple de 220 Nm. Couplée à une boite manuelle à 6 rapports, la puissance disponible permet de à la bombinette de dépasser les 200 km/h en pointe, et d’avaler le 0-100 km/h en 8,5 secondes, le tout pour 6,4 litres/100 km.

L’Adam S ne se différencie pas de ses consœurs uniquement par sa motorisation, mais aussi par un châssis retravaillé, des jantes 17 ou 18 pouces, sans oublier la partie freinage. À cela, Opel ajoute une finition exclusive « Red’n Roll » d’un rouge vif, un choix qui peut être associé à quatre déclinaisons de toit pour dix teintes de carrosserie, sans oublier d’autres choix de décorations supplémentaires.

Grâce à des sièges Recaro Performance en Morrocana ou en cuir nappa, mais aussi par de nombreux détails de finition, l’ambiance sportive se retrouve également dans l’habitacle.

Alors qu’il existe bien évidemment plusieurs packs complémentaires, il faut encore préciser que le prix de cette Adam S n’a pas encore été communiqué.

Opel-Adam-S-Date-Sortie-2

opel-met-150-chevaux-ladam-s

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiPhone 4S : mieux vaut patienter avant de passer à iOS 8
Article suivantMondial 2014 : Citroën dévoilera sa C4 Cactus Airflow 2L

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here