Oracle : tout pour le cloud

La keynote d’ouverture de l’OpenWorld organisé par Oracle a été facile à comprendre : la stratégie d’Oracle est tout pour le cloud. Larry Ellison : "cloud, cloud et encore cloud"

C’est cette semaine à San Francisco qu’Oracle organise son OpenWorld, un événement qui a débuté par une keynote inaugurale. A cette occasion, le message du géant des bases de données a été clair : tout pour le cloud.

Se targuant de proposer d’avantages d’application SaaS que n’importe quelle autre entreprise, Larry Ellison, le PDG d’Oracle, a souligné que l’offre d’Oracle permet à « 62 millions de personnes d’utiliser quotidiennement nos services cloud, ce qui représente plus de 23 milliards de transactions par jour », « Un nuage Oracle qui propose déjà plus de 30 000 systèmes caractérisés par 400 Po de capacité de stockage dans 19 centres de données Tier 4 au niveau mondial ».

Enchainant, « 2014 est pour nous une année charnière sur le plan du nuage », pour expliquer qu’Oracle est « en train, avec sa gamme d’applications, de prendre plus d’une longueur d’avance sur la concurrence ».

C’est dans cette logique que Larry Ellison annonce qu’Oracle « va étendre son offre PaaS pour que tout un chacun puisse transférer d’une simple pression sur un bouton ses applications dans le nuage, mais aussi de les moderniser directement et, si besoin est, de les rapatrier vers sa propre infrastructure », soulignant que « Nous sommes les seuls sur la planète Terre à proposer aux clients la même plate-forme que celle sur laquelle les applications ont été développées ! ».

Au niveau infrastructure, il annonce qu’Oracle va égaler, voire passer en dessous des prix proposés par Amazon ou Microsoft.

Parmi les autres choses qui ont été dites lors de cette keynote inaugurale, il est annoncé qu’Oracle veux investir dans le silicium pour accélérer les fonctions, telle l’exécution de sollicitations de requêtes complètes dans des éléments de puce spécialisés, afin de décharger le CPU, ce qui comprendra aussi la décompression des données, un point qui pourrait se faire avec l’ajout des microprocesseurs M7.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentXbox One : l’inconnue chinoise
Article suivantYamaha : la XJR1300 évolue en 2015

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here