Orange ouvert au mariage, mais avec qui ?

Orange pourrait bien-être tenté par un mariage de raison, c’est en tout cas ce que tous les indicateurs laissent à penser.

Orange pourrait prochainement se marier, mais avec qui ? Cette question semble pertinente vu que de nombreuses rumeurs font état de discussions préliminaires entre Orange et Bouygues Telecom.

Selon ce que l’on sait à leur sujet, Orange pourrait absorber Bouygues Telecom moyennant 6 milliards d’euros, puis céder à Free une partie du réseau et des fréquences pour 2 milliards d’euros pour satisfaire les exigences de l’autorité de la concurrence.

Si cette hypothèse semble pour le moment être celle-là plus en vogue, un simple accord de mutualisation pourrait également être une autre solution.

Mais selon l’agence Reuters, Orange n’aurait pas mandaté les banques Lazard et Crédit Suisse uniquement pour cela. Un autre scénario pourrait un rapprochement avec Deutsche Telekom.

Dans ce cas, il faudra préalablement attendre que l’opérateur allemand se désengage de sa participation dans T-Mobile. Ne fois allégée de sa filiale américaine, Deutsche Telekom pourrait faire un excellent parti pour un mariage, surtout en raison de sa structure financière très attractive, sans parler de sa taille comparable à celle d’Orange.

Si cette hypothèse est bien évidemment à prendre avec tous les conditionnels requis, ce scénario possède le mérite de correspondre au discours de Stéphane Richard. Le PDG d’Orange a en effet récemment déclaré, et à plusieurs reprises qu’un mariage ne pourrait avoir lieu que d’égal à égal.

Dès lors, sans véritablement connaitre encore l’avenir d’Orange, on sait de manière quasi certaine que le mariage est dans l’air.

Télécoms : Orange, candidat à tous les mariages
Télécoms : Orange, candidat à tous les mariages

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentQu'est-ce qu'Amazon nous réserve pour le 18 juin ?
Article suivantRoute des vacances : attention aux radars !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here