Orange : responsable mais pas « coupable » du piratage de ses données

Alors que les données personnelles de plus de 1 million de clients et prospects avaient été piratées en avril dernier, la CNIL a jugé l’opérateur responsable, mais sans prononcer de condamnation qui aurait été synonyme de culpabilité.

En avril dernier, pour la seconde fois de l’année, Orange a été victime d’une intrusion qui avait concerné 1,3 million de clients et prospects, des données volées qui comprenaient les noms, prénoms, dates de naissance, adresse e-mail et numéros de téléphones.

Quatre mois après les faits, c’est dans un délibéré rendu public ce lundi que la CNIL annonce qu’Orange est responsable des fuites, notamment pour avoir communiqué des fichiers contenant toutes ces données « par simple courriel et sans mesure de sécurité particulière ». Comme le souligne la Commission, « Orange ne saurait minimiser sa responsabilité par le recours à plusieurs prestataires ».

Alors qu’une sanction synonyme de culpabilité aurait pu être prononcée contre l’opérateur, la CNL ne prononce aucune condamnation hormis cette déclaration de responsabilité publique.

Si cette décision laisse à penser qu’Orange n’est pas « coupable », mais seulement responsable, la CNIL souligne que l’opérateur est tout de même responsable de « remédier dans des délais satisfaisants aux faiblesses techniques » de la solution en place.

Comme on dit souvent jamais deux sans trois, la question est de savoir si la CNIL sera aussi conciliante en cas de troisième intrusion cette année ?

Données de clients piratées : la CNIL juge Orange coupable, et puis c'est tout
Données de clients piratées : la CNIL juge Orange coupable, et puis c’est tout

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTizen : Samsung seul au monde ?
Article suivantClés HDMI : une concurrente signée Microsoft ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here