Ordinateur au comportement humain : tromperie ou réalité ?

Comme l’avait prédit Alan Turing, il est certain que les ordinateurs pourront un jour se faire passer pour des humains, mais quand ? « Eugène » pourrait être cette première machine, mais est-ce une tromperie ou une réalité ?

C’est en 1950 qu’Alan Turing, un grand mathématicien considéré comme le père de l’informatique, a inventé le « test de Turing », une épreuve visant à mesurer l’intelligence artificielle d’un ordinateur dans une discussion avec des humains. Il faut qu’au moins 30% des juges qui assistent au test à l’aveugle soient convaincu qu’il s’agit d’un être humain pour que le test soit considéré comme réussi.

Alors qu’aucun ordinateur n’avait pour le moment réussi à passer ce test, « Eugène » a su convaincre 33% de juges dans un récent test organisé par la Royal Society of London. De fait, un ordinateur a enfin réussi à se faire passer pour un être humain.

En considérant simplement ce résultat, la performance est de taille. Pourtant, de nombreuses voix s’élèvent pour pointer du doigt certains aspects de la performance d’« Eugène ». Pour commencer, le logiciel d’intelligence artificielle simulait un adolescent de 13 ans, ce qui facilite quelque peu la tâche. Plus important, il simulait un enfant ukrainien, un étranger non anglophone, est un autre facteur facilitant le test en permettant d’attirer la sympathie des juges en raison d’un anglais incertain.

De fait, si la performance d’« Eugène » est tout de même bluffante, ces deux points noirs suffisent à ternir cette prouesse technologique. Mais plutôt que de se focaliser sur la tromperie ou la réalité de cette performance, ce résultat permet de braquer les projecteurs sur l’intelligence artificielle et sur les progrès qui sont faits en la matière. Avec de tels progrès, il est fort à parier que tôt ou tard une machine arrivera réellement à tromper les humains, sans zone d’ombre dans le test de Turing.

Test de Turing : un ordinateur a-t-il réussi à se faire passer pour un humain ?
Plaque commémorative A.Turing

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa justice française poursuit des internautes délateurs
Article suivantStreaming musical : Amazon serait prêt à se lancer

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here