Panasonic : 20 mégapixels pour le Lumix DMC-CM1

Avec un capteur photo de 20 mégapixels, le Lumix DMC-CM1 de Panasonic pourrait être un appareil photo. Mais il s’agit bien d’un smartphone capable de gérer les appels et les SMS.

C’est à l’occasion de la Photokina 2014 que Panasonic a dévoilé un étonnant smartphone : le Lumix DMC-CM1. Équipé d’un capteur CMOS de 20 millions de pixels au format 1 pouce, il est tout simplement le terminal le mieux équipé du marché.

Ne lésinant pas sur les capacités photographiques de son Lumix DMC-CM1, Panasonic a également équipé son terminal Android d’un objectif rétractable estampillé Leica DC Elmarit, une focale fixe lumineuse équivalente à un 28 mm f/2,8, de la possibilité de photographier en format RAW, de pouvoir régler manuellement la sensibilité, la balance des blancs, l’ouverture et la vitesse d’obturation, sans oublier la possibilité de filmer en Ultra HD à 15 i/s seulement ou à 30 i/s en Full HD.

Hormis l’aspect photographique, le Lumix DMC-CM1 est équipé d’un écran Full HD de 4,7 pouces, d’une puce Qualcomm SnapDragon 801 quad-core cadencée à 2,3 GHz, de 2 Go de mémoire vive, de 16 Go d’espace de stockage extensible jusqu’à 128 Go par microSD et d’une batterie de 2600 mAh, mais aussi d’une connectivité 4G.

Disponible en France à partir du mois de novembre pour la coquette somme de 900 euros, le Lumix DMC-CM1 pèse 204 grammes pour des dimensions de 135,4 x 68 x 15,2 à 21 mm.

135,4 x 68 x 15,2 à 21 mm (hors et avec objectif) pour 204 g

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUn DisplayPort 1.3 avant des écrans Thunderbolt 5K ?
Article suivantEst-ce qu’Apple ne lit « vraiment » pas vos mails ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here