Panasonic : enfin le Lumix GF7

[VIDÉO] Après une année 2014 sans nouveau modèle, Panasonic sort le Lumix GF7, le sixième modèle de la série.

Cela faisait longtemps que l’on attendait que Panasonic sorte un nouveau modèle vu qu’aucun appareil n’a été présenté en 2014. C’est désormais le cas avec l’arrivée du Lumix GF7.

Ce nouvel appareil marque une évolution notable vu que le GF7 hérite des innovations apparues sur les GM1 et GM5, mais aussi qu’il bénéficie d’un assemblage plus soigné, d’une construction plus compacte. Plus soigné que le GF6, le GF7 n’a tout de même pas un design aussi soigné que les GM1 et GM5, ce qui maintient la hiérarchie des gammes.

Le Lumix GF7 reprend la base technique des très réussis GM1 et GM5, ce qui lui permet de faire de la vidéo Full HD à 60 images par seconde, avec des fonctions de stop-motion et de timelapse. En mode rafale, il est capable de mitrailler à 5,6 images/s, tout comme le GM5.

Son boîtier, légèrement plus plastique, comporte bien évidemment un écran tactile, toujours monté sur charnière. Par ce biais, il est possible de l’orienter à 180° vers le haut, une solution très pratique pour faire des selfies. Pour certains, il est certainement dommage qu’il ne soit pas possible de l’orienter vers le bas…

Pour les selfies, le GF7 propose plusieurs modes de déclenchement spéciaux, par exemple le clin d’œil, le signe de la main, le rapprochement des visages ou encore la détection d’un saut via l’accéléromètre d’un smartphone connecté en Wi-Fi.

Panasonic propose ce petit hybride sans prétention à 499 euros, un tarif qui comprend le boitier et l’objectif 12-32 mm pancake.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMario Lives : que devient Mario lorsqu’il est doté d’une intelligence artificielle ?
Article suivantLe Monde : piratage de son compte Twitter

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here