Pas d’élargissement de la redevance aux objets connectés

En réponse à Fleur Pellerin qui avait déclaré étudier la possibilité d’une extension de la redevance aux box des opérateurs qui permettent de se connecter à internet, François Hollande a répondu qu’il n’était pas favorable à cette idée.

C’est le 3 septembre dernier que Fleur Pellerin, la ministre de la Culture, avait déclaré qu’elle étudiait une possible extension de la redevance aux box des opérateurs qui permettent de se connecter à internet. Cette idée semble diviser le gouvernement vu qu’Axelle Lemaire, la secrétaire d’Etat au numérique, s’était déclarée « pas tellement favorable » à une redevance élargie aux box.

Pourtant, l’élargissement de la redevance est un cheval de bataille des présidents de l’audiovisuel public, à l’instar de Delphine Ernotte, la nouvelle présidente de France Télévisions, qui a récemment fait part de son souhait que la redevance soit étendue aux ordinateurs et aux smartphones.

Alors que le Président de la République et le Premier ministre doivent prendre une décision à la fin du mois à ce sujet, François Hollande a donné son avis ce lundi 7 septembre.

Lors d’une conférence de presse donnée à l’Élysée, il s’est déclaré « pas favorable » à l’élargissement de la redevance audiovisuelle « aux objets connectés ». Il a précisé au sujet de cette taxe que « les arbitrages viendront à la fin du mois ».

« Il faut des financements » pour le service public audiovisuel, mais « la redevance télévisée ne peut pas être la variable d’ajustement. Il faut maîtriser l’appel à la contribution », a précisé le chef de l’État.

Est-ce à dire que la redevance ne sera pas étendue aux box ? Tout semble l’indiquer. Mais il faut encore attendre la décision officielle, à la fin du mois, pour être clairement fié.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentKeynote du 9 septembre : un boîtier Apple TV pour les joueurs ?
Article suivantGoogle prépare son retour en Chine

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here