Pêche au thon : le signal d’alarme des thoniers français

Rejoignant les idées de Greenpeace, les thoniers français considèrent qu’il y a péril pour la ressource à continuer à multiplier la DCP. Ils en appellent à un moratoire. Les thoniers font remonter dans leur filet une part de « bycatch », des poissons qui ne sont pas leurs cibles.

Comme le dénonce Greenpeace, le dispositif de concentration de poissons (DCP) est une véritable menace pour la pérennité des espèces de poissons. Cette technique consistant à disperser en mer des abris artificiels flottants sous lesquels viennent se réfugier les poissons de toutes espèces, ne permet pas une pêche différenciée vu que les thoniers font remonter une part de « bycatch », des poissons qui ne sont pas la cible, des indésirables parmi lesquels peuvent figurer des espèces menacées telles que les requins et les tortues.

Ce discours est désormais repris par Orthongel, une organisation qui représente tous les armements thoniers tropicaux français, soit 22 navires pour plus de 450 marins. Comme l’explique Yvon Riva, le président d’Orthongel, « La DCP ne fait pas plus le détail sur la taille et la qualité des thons capturés. Beaucoup n’ont pas encore atteint l’âge de la reproduction. Là, c’est le socle même de la ressource que l’on attaque ». C’est donc en considérant qu’il y a péril pour la ressource que les thoniers français demandent un moratoire pour geler le nombre de DCP utilisé par les navires jusqu’à ce que les comités scientifiques des organisations régionales aient évalué l’effet de leur multiplication sur la ressource.

À l’opposé de la position française, les thoniers espagnols s’opposent farouchement à cette idée alors que les volumes qu’ils remontent sont nettement supérieurs à ceux de leurs homologues français, mais aussi qu’ils sont en train d’investir pour encore accroître les capacités de leur flotte.

À l’instar du comportement d’Orthongel, il est important que les professionnels se sentent désormais concernés par les signaux d’alarme tirés par Greenpeace, mais l’attitude de l’Espagne reflète parfaitement que cela ne sera pas simple de changer quoi que ce soit avant qu’il ne soit trop tard.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédenteBay : un prototype d’iPhone 6 aux enchères
Article suivant2 capteurs de 13 mégapixels pour le HTC One M8 Eye

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here