Google Earth donne de précieuses informations sur la pêche illégale

La pêche illégale à petite échelle est souvent sous-estimée par les autorités. Grâce à Google Earth, une chercheuse démontre toute l’ampleur du problème.

Officiellement, l’Arabie Saoudite, le Qatar et l’Iran ne font référence à aucune pêche à la nasse dans le Golfe Persique, une pêche pourtant très populaire dans cette région. Cela peut sembler normal vu qu’il s’agit de pêche illégale à petite échelle.

Grâce à la précision de Google Earth, Dalal Al-Abdulrazzak, une chercheuse des Nations Unies, a décidé de compter toutes les constructions de pêche à la nasse dans la région faute de chiffres officiels.

Fort de l’adage que ce n’est pas la taille qui compte, mais le nombre, la chercheuse a découvert quelques 1 900 nasses sur les images satellites, soit jusqu’à six fois plus de constructions que le nombre indiqué par les données officielles.

Grâce à cette démonstration, Dalal Al-Abdulrazzak a pu démontrer l’ampleur d’un phénomène sous-estimé, mais a aussi découvert une méthodologie à la portée de tous les pays, y compris ceux sans grands moyens de contrôle de leur zone côtière, pour effectuer des recensements. En effet, un ordinateur connecté à internet suffit, avec beaucoup de patience…

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPublicité : la CNIL recommande le consentement des internautes pour les cookies
Article suivantOS X 10.9.1 : Apple corrige les bugs d’OS X Mavericks

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here