Pédophilie : la surveillance de Gmail a aussi du bon

Si le fait que Google scrute le contenu de nos messageries Gmail a de quoi déranger, le fait que cette pratique permette l’arrestation d’un pédophile est une bonne chose.

Il n’est pas nouveau d’apprendre que Google scrute le contenu de nos messageries Gmail, cela même plusieurs années que cette pratique existe, comme il n’est pas nouveau d’apprendre que la firme de Mountain View collabore avec plusieurs associations contre la pédophilie pour lutter contre les images de ce genre circulant sur le net.

Par contre, ce qui est nouveau, c’est que Google fasse le même genre de recherche dans le contenu des boites mail des utilisateurs de Gmail. C’est l’arrestation, fin juillet, d’un délinquant sexuel récidiviste qui nous révèle cette pratique.

Cet homme de 41 ans habitant Houston (Texas) a été repéré pour avoir envoyé des clichés d’une fillette à l’un de ses contacts. Comme l’explique David Nettles, un membre de la police de Houston, « Je ne peux pas accéder à cette information, je ne peux pas voir la photo, mais Google le peut » pour expliquer que le géant de l’internet a transmis les informations nécessaires à l’association National Center for Missing and Exploited Children qui lutte contre la menace pédophile sur Internet.

L’arrestation de cette personne, et la perquisition de son domicile qui a suivi ont permis la découverte de clichés pédopornographiques stockés localement. Pratiquement, ce délinquant n’avait pourtant publié aucun contenu visible sur internet, se contenant juste d’envoyé des photos par mails. Sans l’intervention de Google, cette arrestation n’aurait jamais pu avoir lieu, comme quoi la surveillance des contenus de Gmail peut aussi avoir du bon !

À ce sujet, il est bon de rappeler que la dernière version des conditions d’utilisation de ses services est très explicite à ce sujet en stipulant clairement que les courriels stockés sur les comptes Gmail sont scannés par le service à des fins publicitaires, ce qui pourrait bien relancer le débat au sujet de ces scans vu que cette arrestation n’a rien à voir avec de la publicité.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPlus de 12 000 utilisateurs ont déjà rejoint l’action collective contre Facebook
Article suivantMozilla : un bug expose les données personnelles de 76 000 développeurs

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here