Perte du Progress M-27M : un mois de plus à bord de l’ISS pour trois astronautes

En raison de la perte du cargo spatial Progress M-27M, le changement d’équipe de l’ISS a été repoussé d’un mois.

Le cargo spatial Progress M-27M avait été lancé pour ravitailler la Station spatiale internationale (ISS). Pour une raison que l’enquête doit déterminer, le vaisseau russe n’a jamais rempli sa mission. Pire, ses contrôleurs ont perdu tout contact avec lui. Après une longue chute, il s’est finalement désintégré lors de sas rentré dans l’atmosphère, le 8 mai dernier.

À peine quelques jours après l’échec de cette mission, le décollage de la nouvelle équipe à destination de l’ISS, prévue le 26 mai, a été retardée jusqu’à la fin juillet. Avant ce lancement, un nouvel essai de lancement d’un vaisseau de ravitaillement Progress vers l’ISS sera fait.

La contrepartie à ce report, c’est que les astronautes Terry Virts, Anton Chkaplerov et Samantha Cristoforetti, qui devaient revenir sur Terre ce jeudi, vont aussi passer un mois de plus à bord de l’ISS. Leur retour est reporté à début juin.

Selon Vladimir Soloviev, le directeur des vols du segment russe de l’ISS, leur retour aurait été « inapproprié » une semaine seulement après l’accident du vaisseau cargo Progress. « Les cosmonautes ont pris la nouvelle, bien sûr, avec compréhension, et ont accepté de rester travailler encore un mois en orbite », a poursuivi le responsable russe.

Il est à noter que la perte du Progress M-27M, qui a coûté près d’un demi-milliard d’euros, constitue un coup dur au secteur spatial russe. Une commission d’enquête doit livrer ses conclusions d’ici le 22 mai. Les vaisseaux russes Soyouz sont, depuis l’arrêt des navettes spatiales américaines, le seul moyen d’acheminer et de rapatrier les équipages de l’ISS.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentInge Lehmann : hommage à la sismologue qui découvrit le cœur de la Terre
Article suivantMars : magnifique coucher de Soleil photographié par Curiosity

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here