Est-ce que Philae va bouger ? La dernière chance pour reprendre contact

Cela fait des mois que Philae, posé sur la comète Tchouri, est muet. Les ingénieurs vont essayer de le faire bouger dans l’espoir qu’il puisse répondre.

Posé à la surface de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko depuis novembre 2014, Philae n’a plus donné signe de vie depuis le mois de juillet dernier. Est-il encore en vie ? C’est ce qu’espèrent toutes les équipes qui s’occupent de la mission Rosetta.

Alors que le robot pourrait reprendre contact à n’importe quel moment, le temps est justement l’élément qui manque le plus à la mission. Vu que la comète s’éloigne désormais du soleil, l’ensoleillement diminue, ce qui devrait priver Philae d’énergie. Que faire ?

Les ingénieurs ont décidé de procéder à une manœuvre de la dernière chance. En s’appuyant sur l’hypothèse que le robot reçoit les ordres, mais ne peut pas répondre à cause de sa position, ils vont essayer de le faire bouger. Comment ? En activant une roue à inertie qui se trouve à l’intérieur du robot.

Il est prévu que cette commande soit envoyée dimanche. Va-t-elle avoir l’effet escompté ? Les inconnues sont nombreuses. Il faut tout d’abord que Philae soit toujours en vie et qu’il reçoive bien la commande. Si ces deux conditions sont remplies et qu’il a suffisamment d’énergie, il pourra peut-être bouger. Et là, il y aura une chance sur deux pour que sa position s’améliore, donc qu’il puisse communiquer, ou empire, ce qui signifierait la fin définitive de la mission.

Cette manœuvre est donc véritablement une mission de la dernière chance, une mission à haut risque. « Le temps presse, c’est pourquoi nous voulons explorer toutes les possibilités », indique Stefan Ulamec. « C’est une manœuvre désespérée. D’abord, nous ne sommes pas sûrs que Philae reçoive la commande. Ensuite, si la roue s’active, on ne maîtrisera pas la trajectoire et c’est donc risqué », souligne Philipe Gaudon.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAvec la marque Drive Wise, Kia veut aussi développer une voiture autonome
Article suivantViolation de brevets : descente de police en plein CES !

Après mes études de journalisme, me retrouver à écrire sur des faits divers sans importance m’a déprimé. Lorsqu’un ami m’a emmené me changer les idées au salon Connect It de Paris, cela m’a fait tilt ! Découvrir les technologies d’aujourd’hui que tout le monde pourra utiliser demain… m’a donné une nouvelle inspiration.

Par les amis de mes amis qui son mon avis, on m’a filament proposé d’écrire des articles sur le high-tech. Dire ce qui m’intéresse le plus ? Difficile à dire. Cela va si vite, les possibilités sont si énormes. Une chose est en tout cas sûre : cela me passionne !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here