Photos de célébrités dénudées : ce vol rappelle que les célébrités sont des cibles de choix

Si les célébrités sont la cible des paparazzis, c’est parce qu’elles sont leurs gagnes pains. Ces mêmes célébrités sont aussi la cible des hackers en raison de la notoriété que cela leur apporte.

Il n’est décidément pas bon d’être une célébrité de nos jours. De cible des paparazzis, elles sont devenues aussi la cible des hackers.

Informatiquement parlant, une célébrité n’est pas plus vulnérable sur internet que n’importe quelle autre personne lambda. La seule différence, c’est qu’un hacker rencontrera beaucoup plus d’écho dans les médias s’il pirate le compte d’une célébrité plutôt que celui de Pierre Dubois.

Si le vol est la diffusion des photos dénudées de célébrités met le web en émoi ces derniers jours, il est bon de remonter dans le passé pour dire que ce phénomène n’est pas nouveau, que les actrices Scarlett Johannson, Mila Kunis, la chanteuse Christina Aguilera ont déjà été victime d’une attaque similaire il y a deux ans.

Si Hollywood est encore en train d’apprendre en matière de sécurité sur internet, il est certain que le gigantisme du dernier vol va certainement servir de déclencheur à un changement drastique des comportements des célébrités vis-à-vis du net.

Alors que l’on sait que « tout est piratable », que ce n’est qu’une question de temps et de moyens, la sécurité informatique va devenir une réelle préoccupation des stars. Mais ce qu’il faut voir dans cette affaire, c’est que les personnes lambda devraient également tirer la même leçon, car qui sait, demain, ce sera peut-être elle la victime !

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentIFA 2014 : Sony lève le voile sur le Z3 et le Z3 Compact
Article suivantLand Rover lève le voile sur son Discovery Sport (Vidéo)
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here