Photos nues piratées sur Snapchat : un simple pétard mouillé ?

Selon les informations qui ont circulé immédiatement après la divulgation de quelque 200 000 photos piratées sur Snapchat, de nombreux clichés auraient été des images de mineurs dévêtus. La réalité serait toute autre.

À l’instar des clichés dénudés des stars hollywoodiennes dévoilées sur internet, le fait que 200 000 photos volées sur Snapchat soient publiées sur le Net a créé une grosse polémique, une polémique d’autant plus grande que de nombreuses informations faisaient état de clichés dénudés de mineurs.

Alors que l’on sait que c’est le site SnapSaved.com qui a permis cette fuite, aujourd’hui fermé, on sait aussi que le site publiant le fichier de 12,6 la rapidement retiré, ce qui n’a pas empêché sa divulgation, notamment sur BitTorrent.

Selon Andrew Conway, un chercheur en sécurité au sein du cabinet de sécurité de messagerie Cloudmark, ce fichier ne contient que très peu de documents compromettants, la grande majorité des photos et vidéos étant parfaitement inoffensive. Le chercheur, qui affirme avoir effacé le fichier depuis, prétend que la majorité des fichiers publiés sont en fait de simple message texte, ou des grimaces ou des clichés de leur journée de travail. Parmi les images qui montrent de la nudité, la plupart ne montrent pas de visage.

Le chercheur précise aussi qu’il y a tout de même de vraies photos de nus, mais à l’évidence de professionnelles vu que les clichés étaient estampillés d’un logo Playboy dans un coin.

De fait, Andrew Conway souligne que de très nombreux liens de téléchargement vers ce fichier sont en fait des fake qui visent à télécharger des logiciels publicitaires ou des applications malveillantes.

De fait, sans minimiser le vol de ces clichés, la polémique faite autour de ces soi-disant photos de mineurs dénudés n’est qu’un gros pétard mouillé.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentMacholand.fr : un site pour épingler le sexisme public
Article suivantOS X Yosemite : une 6e bêta grand public
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here