Piratage massif des SIM : un groupe français dans la tourmente

Gemalto, le leader mondial des cartes SIM, est dans la tourmente depuis la publication des révélations au sujet d’un piratage massif des cartes SIM orchestrées par les services de renseignements américains et britanniques.

Suite à la révélation d’un piratage massif des cartes SIM orchestrées par les services de renseignements américains et britanniques, le titre Gemalto a perdu 9% de sa valeur. Pour cause, cette entreprise française est le leader mondial du marché des SIM.

Cette tourmente intervient suite à la révélation d’un vaste piratage de clefs de cryptage de cartes SIM orchestré par la NSA (National Security Agency) et le GCHQ (Government Communications Headquarters), son homologue britannique. D’après le site d’investigation The Intercept, les deux agences sont parvenues à dérober les clés de cryptage de nombreux fabricants de SIM, notamment le géant mondial Gemalto.

« Il est impossible de savoir combien de clés ont été volées par la NSA et le GCHQ. Même en utilisant des hypothèses conservatrices, le nombre est sidérant », affirme le site d’information.
En 2009, la NSA était déjà capable de « traiter » entre 12 et 22 millions de clés par seconde.

Suite à cette révélation, Gemalto a indiqué « pendre très au sérieux » les affirmations de The Intercept. « Nous allons consacrer toutes les ressources nécessaires pour comprendre la portée des techniques sophistiquées utilisées pour intercepter les données sur les cartes SIM », communique notamment le groupe français.

Il est bon de rappeler que détenir les clés de cryptage permet de décoder toutes les communications l’utilisant.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLenovo : un adware préinstallé qui est une faille de sécurité
Article suivantLG présente une G Watch R de luxe : la Watch Urban

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here