Play Store : ouverture partielle aux paiements par PayPal

Même s’il n’est pas encore possible de payer un appareil du Play Store par l’intermédiaire de PayPal, PayPal est désormais utilisable pour acheter des applications et des contenus.

PayPal, la solution de paiement électronique d’eBay, est désormais partiellement supportée par le Play Store de 12 pays. Les clients d’Allemagne, d’Autriche, de Belgique, du Canada, d’Espagne, des États-Unis, de Finlande, de France, d’Irlande, d’Italie, des Pays-Bas et du Royaume-Uni pourront dorénavant utiliser cette solution de paiement.

L’intégration de PayPal dans le Play Store est partielle, car ce moyen de paiement n’est utilisable que pour régler des achats d’applications et de contenus numériques, mais pas pour régler des appareils. De fait, pour pouvoir acheter des smartphones et tablettes Nexus, une clé Chromecast, des ordinateurs portables Chromebook ou des accessoires, il faudra toujours recourir aux moyens de paiement habituel de la plateforme de Google, à savoir les cartes de crédit, les cartes prépayées ou encore les cartes-cadeaux, voir aussi une facturation directe par l’opérateur comme c’est par exemple possible avec SFR, Bouygues Telecom et Orange en France.

Si cette ouverture partielle a de quoi surprendre, surtout que Google dispose de son propre service de paiement, cette démarche s’inscrit certainement dans une stratégie plus large consistant à s’ouvrir à une clientèle plus large vue que PayPal revendique plus de 100 millions de comptes actifs sur 190 marchés.

Google Play intègre partiellement PayPal
Google Play intègre partiellement PayPal

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSonde Rosetta : premières photos de la comète Tchourioumov-Guérassimenko
Article suivantDécouverte du sperme fossilisé le plus ancien jamais mis au jour

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here