PlayStation 4 : quel catalogue de titres pour la France ?

Déjà disponible aux États-Unis, la PS4 débarquera en France ce vendredi 29 novembre. À moins d’un jour de sa commercialisation, voici le point sur le catalogue disponible dans l’Hexagone.

Aujourd’hui, vendredi 29 novembre, les gamers français seront aux abois avec l’arrivée de la PlayStation 4. Plus que la console de jeu en elle-même, c’est surtout le catalogue de titres à disposition qui retient toute l’attention du moment.

C’est ainsi qu’on sait que « Basement Crawl », « Blacklight », « Contrast », « Counterspy », « DC Universe », « Doki-Doki Universe », « Flower », « Hohokum », « Minecraft », « N++ », « Pinball Arcade », « Planeteside 2 », « Pool Nation Extreme », « ResoGun », « Super Mottherload », « Tiny Brains », « Warframe » et « War Thunder » seront disponibles en téléchargement. Sur disques, ce sont « Assassins Creed Black Flag », « Battlefield 4 », « Call of Duty: Ghosts », « #DRIVECLUB », « FIFA 14 », « Just Dance 2014 », « Killzone: Shadow Fall », « Knack », « Lego Marvel Superheroes », « Madden 25 », « NBA 2K14 », « NBA Live », « Need for Speed: Rivals », « Skylanders Swap Force » et « Watch Dogs » qui seront à disposition.

Mais on sait également que « Amazon lovefilm », « BBC iPlayer », « BBC News », « BBC Sports », « Demand 5 », « IGN », « Maxdome », « Netflix », « NOS Sports », « RTBF », « Total Channel », « Viaplay », « Watchever », « Wuaki.tv » et « Ximon » ne seront pas disponible.

Si le catalogue peut sembler bien maigre au final, Sony promet de nouvelles applications pour le début d’année prochaine.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMutualisation des réseaux : Free espère faire la troisième roue du char
Article suivantOrange : une extension en direction du Canada ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here