Encore plus de dynamisme pour la Lexus CT 200h Sport Edition

Dotée de la technologie Lexus Hybrid Drive, la CT 200h associe un moteur essence et une motorisation électrique dans un véhicule qui ne consomme que 4,1 l/100 km en cycle normalisé pour 94 g/km d’émission de CO2. Cette technologie autorise une conduite douce et relaxante. Cela ne signifie pas pour autant que la voiture n’a pas un comportement de sportive.

C’est justement pour satisfaire une clientèle souhaitant plus de dynamisme que Lexus enrichit sa gamme d’une nouvelle finition. Comme son nom l’indique, la nouvelle finition Sport Edition de la CT 200h apporte encore plus de dynamique à l’hybride. Concrètement, elle se distingue des autres CT 200h par une calandre spécifique, des coques de rétroviseurs, jantes et diffuseur arrière de couleur noire, sans oublier une sellerie en similicuir Tahara et tissu noire à l’intérieur. Cette version est disponible dans les coloris Rouge Magma, Blanc Arctique, Gris Titane, Gris Mercure ou Noir Graphite.

Par ailleurs, la CT 200h Sport Edition peut également profiter, en option, d’un toit noir, du Pack Confort (système d’accès sans clé Smart Entry et radars de stationnement arrière) et du système de navigation Lexus. En outre, le constructeur propose cette CT 200h à 299 euros par mois, sans apport ni condition de reprise, dans une très attractive offre de location proposée jusqu’à fin juin. Il faut encore dire que Lexus affiche la CT 200h Sport Edition à partir de 29 990 euros, soit le même tarif que la CT 200h en version Pack avec l’option jantes 17 pouces.

En diversifiant sa gamme, Lexus tente de satisfaire un maximum d’utilisateurs avec des finitions spécifiques. Comme à chaque fois, la marque de luxe apporte un soin maximum aux finitions et un soin tout particulier au plaisir des automobilistes.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAnnonce surprise de Microsoft : Cortana se recentre sur Bing et Edge
Article suivantClaude Shannon, c’est l’anniversaire de celui qui a donné son nom au « bit »
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here