Pluton et Charon sont en vue de la sonde New Horizons

Bien que la sonde américaine New Horizons de Pluton, elle a déjà en vue la planète naine et son satellite Charon.

Jusqu’aux observations faites par le télescope spatial Hubble, Pluton n’a été qu’un minuscule petit point lumineux dans l’espace depuis sa découverte par l’astronome Clyde Tombaugh. Depuis, on sait que cette planète désormais classée dans les planètes naines possède plusieurs satellites : Charon, Nyx, Hydre, Styx et Kerbéros.

Alors que le vrai visage de Pluton est encore un mystère pour les scientifiques, la sonde américaine New Horizon est actuellement en route pour aller l’observer de plus près.

Le 25 janvier 2015, à l’occasion du 85e anniversaire de la découverte de Pluton, la sonde a utilisé son instrument Lorri (Long-Range Reconnaissance Imager) pour prendre une image. Vu que la sonde était à 187 millions de kilomètres de son rendez-vous, Pluton n’a qu’une taille de 2 pixels sur les clichés alors que Charon en fait 1.

D’ici le 14 juillet prochain, lorsque New Horizons sera au plus près de Pluton, les images deviendront de plus en plus précises et détaillées. « La planète naine va continuer de grossir de plus en plus sur les images à mesure que la sonde New Horizons se précipite sur sa cible », commente Hal Weaver, de l’équipe scientifique de la mission. « Les nouvelles photos de Lorri démontrent également que les performances de la caméra n’ont pas changé depuis que la sonde a été lancée, il y a plus de 9 ans. »

Dans le but scientifique, mais aussi pour guider la sonde, la NASA indique que des centaines d’autres images seront prises dans les mois à venir afin de mieux évaluer sa distance avec Pluton et de préparer son approche. Une première manœuvre est d’ailleurs d’ores et déjà programmée pour le 10 mars.
new-horizons

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle : qu’est-ce que le projet Tango ?
Article suivantEn rachetant Sunrise Calendar, Microsoft veut rajeunir son agenda mobile

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here