Polémique autour du mode Online de Metal Gear

La très attendue mise à jour de « Metal Gear Solid V : The Phantom Pain » qui apporte le monde Online est disponible, un DLC qui suscite une certaine controverse.

C’est depuis mardi que la très attendue mise à jour de « Metal Gear Solid V : The Phantom Pain » apportant le monde Online est disponible, une mise à jour qui apporte son lot de costumes DLC premium.

Justement, ce sont eux qui suscitent principalement la polémique.

Il s’agit tout d’abord de deux pièces d’armure pour cheval. Pouvoir personnaliser sa monture n’est pas une réelle nouveauté vu que d’autres éditeurs proposent des offres similaires dans d’autres jeux. C’est le fait qu’elle va apporter un jeu à deux vitesses qui dérange un peu…

Plus dérangeant, c’est le nouveau costume pour Eva, une combinaison qui risque bien de donner des frissons à certains joueurs. Alors que l’on parle d’un jeu de combat, la raison de sa poitrine plutôt dénudée semble de très mauvais goût. Mais comme le dit la description, il s’agit de « la tenue de saut que portait l’espion Eva lors de l’Opération Snake Eater ».

Il est aussi précisé que « la région de la poitrine peut être utilisée comme avantage tactique », ce qui laisse bien évidemment songeur.

Malheureusement, tout le monde sait que la véritable motivation de Kojima de proposer un tel costume est de beaucoup en vendre…

Le contenu DLC le plus surprenant est l’arrivée d’une assurance pour le mode FOB, une assurance qui ne vise pas à protéger le compte du joueur, mais sa base virtuelle, nommée FOB, contre les attaques des autres joueurs, tout cela bien évidemment contre de l’argent vu qu’il s’agit d’un contenu premium.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentBeen Choice : un bloqueur publicitaire qui bloque toute la pub, même dans l’App Store
Article suivantiOS 8.3 : attention au malware YiSpecter

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here