Porsche : 570 chevaux pour le Cayenne Turbo S 2015

Porsche a fait subir un restylage à la Cayenne Turbo S, ce qui donne 570 chevaux à la version 2015.

Face à la concurrence des X6 M de BMW et GLE Coupé 63 de Mercedes-AMG, Porsche doit plus que jamais maintenir l’image de son SUV, le Cayenne. C’est ainsi que le Salon de Detroit est l’occasion pour le constructeur allemand de dévoiler l’édition 2015 de son Cayenne Turbo S, un modèle qui a été restylé.

D’un simple coup d’œil, on constate que le Cayenne Turbo S 2015 conserve la ligne stylistique présente sur les autres modèles de la gamme, avec un design toujours aussi dynamique, notamment grâce à sa calandre aux barres chromées, ses prises d’air élargies, son béquet de hayon spécifique, ses feux arrière à la fois surélevés et fins ou encore ses quatre sorties d’échappement.

La classe allemande dans toute sa splendeur est toujours au rendez-vous dans l’habitacle avec une finition cuir qui est toujours de mise, avec un subtil mélange de beige et de noir dans la version standard.

Le point le plus intéressant du Cayenne Turbo S 2015 se situe bien évidemment sous le capot. Il d’un V8 4,8 l biturbo capable de délivrer une puissance de 570 chevaux pour un couple de 800 Nm. Une puissance rageuse qui permet d’abattre le 0-100 km/h en 4,1 secondes pour une vitesse de pointe de 284 km/h.

Selon Porsche, le Cayenne Turbo S peut parcourir la Nordschleife (la Boucle Nord du Nürburgring) en seulement 7:59.74, ce qui constituerait un nouveau record pour un SUV de série.

Ce nouveau bolide signé Porsche devrait débarquer sur notre marché à partir du second trimestre 2015, pour un tarif avoisinant les 170 000 euros.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentInternet : David Cameron plaide pour la surveillance des messageries instantanées
Article suivantSamsung : un écran de 2560 x 1440 pixels pour le Galaxy S6

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here