Près de 2 millions de dollars pour Nebia, la douche qui enflamme KickStarter

Nebia, un pommeau de douche super économe est en train d’enflammer KickStarter. Alors que 100 000 dollars étaient cherchés, le projet en est à près de 2 millions de dollars, en moins d’une semaine.

À première vue, Nebia ne pourrait être qu’un pommeau de douche. En fait, pas du tout. Installable dans n’importe quelle salle de bains, il atomise l’eau en millions de minuscules gouttelettes, ce qui permet de multiplier par 10 la surface de contact par rapport à une douche traditionnelle. De fait, pour faire une même douche, Nebia permet d’économiser jusqu’à 70% d’eau.

Alors que la Californie est en pleine période de sécheresse, le projet tombe à point nommé. Lancé mardi dernier sur KickStarter dans le but de récolter 100 000 dollars pour sa mise en production, Nebia a déjà pratiquement récolté 2 millions de dollars alors qu’il lui reste encore 24 jours de campagne de financement (https://www.kickstarter.com/projects/1499369835/nebia-shower-better-experience-70-less-water).

« La campagne sur KickStarter est incroyable, un déluge de soutien et d’intérêt en provenance du monde entier », s’enthousiasme Philip Winter, patron et co-fondateur de Nebia.

Pour autant que tous les Californiens se convertissent à Nebia, cela pourrait permettre à l’État d’économiser quelque 757 milliards de litres d’eau et près de quatre milliards de dollars par an.

Nebia a également droit au soutient de grands noms de la Silicon Valley, comme de Tim Cook (le patron d’Apple), de la fondation familiale d’Eric Schmidt (président du conseil d’administration de Google) ou encore du très réputé accélérateur de startups Y Combinator.

Pour une livraison estimée en mai 2016, le pommeau de douche de Nebia est en proposé en prévente sur KickStarter au prix de 299 dollars.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUne patiente confrontée à la batterie bientôt à plat de son stimulateur cardiaque
Article suivantSamsung : la bande-annonce de la future smartwatch Gear S2

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here