Prestataire SEO : attention de ne pas hériter des pénalités

Alors qu’on signe avec un prestataire SEO attention aux pénalités que l’on pourrait hériter des pratiques frauduleuses de ce prestataire.

Que se passe-t-il lorsqu’un prestataire SEO utilise des techniques spammy (backlinks artificiels) pour doper l’optimisation de son site et que ce dernier se fait pénaliser ? La réponse de Matt Cutts est très simple, la responsabilité en incombe entièrement à son propriétaire.

En terme simple, cela signifie qu’il ne sert à rien à aller se plaindre chez Google que « c’est la faute du prestataire », c’est le site qui a été pris à spammer, c’est le site qui est pénalisé, c’est donc son propriétaire que doit assumer même s’il n’est pas lui-même l’auteur du spam.

Matt Cutts explique alors qu’« un propriétaire de site bien intentionné peut réussir son référencement sans faire de spam », d’où l’importance de trouver un bon prestataire SEO, pas forcément un simple « beau parleur ». Demander des explications claires et précises sur les méthodes qui seront utilisées par le prestataire en question est par exemple une approche logique.

Matt Cutts précise encore que, via les Google Webmaster Tools, les webmasters disposent des outils nécessaires pour réussir le référencement de leur site, par exemple en engageant un processus de demande en reconsidération après avoir utilisé l’outil de désaveu de liens non naturels « pour mettre le site en conformité ».

Par ses propos, Matt Cutts souligne surtout que la responsabilité d’un site incombe toujours au propriétaire, donc prudence lors de la délégation des tâches !

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : à quoi correspondent les références « iPad 4,3 » et « iPad 4,6 » ?
Article suivantInternet : qu'en est-il des droits de l'homme
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here