Le prince Abdul Aziz Bin Fahd aime les Bugatti et les Range Rover

En étant prince saoudien, comment le prince Abdul Aziz Bin Fahd ne peut pas aimer le luxe des marques Bugatti et Range Rover ?

Les goûts automobiles du prince saoudien Abdul Aziz Bin Fahd ne plaisent pas à tout le monde. Si des braqueurs ont dérobé 250 000 euros, ils n’ont pas pour autant touché à la Bugatti Veyron valant à 2 millions d’euros ni au Range Rover plaqué or !

Il est vrai que la Bugatti Veyron, l’un des 450 exemplaires fabriqués par le constructeur français de Molsheim en Alsace, n’est pas des plus discrète avec son fameux 8.0 litres W16 et ses 4 turbos développant 1 001 chevaux pour 1 250 Nm dans sa version « standard », ou plus de 1 200 chevaux et un couple de 1 500 Nm dans sa déclinaison Super Sport.

Issue d’une préparation spécifique du carrossier allemand Hamann, le Range Rover en or du prince avec son gros 5.0 litres V8 de 510 ch n’est pas plus discret que la Veyron, un véhicule qui vaut tout de même plus de 185 000 euros, sans placage en or !

Si le prince Abdul Aziz Bin Fahd aime les Bugatti et les Range Rover, ce n’est donc pas le cas de ses braqueurs. Et vous, elles vous plaisent les voitures du prince ?

Le Range Rover préparé par Hamann devant l'hôtel où est descendu le prince saoudien.
Le Range Rover préparé par Hamann devant l’hôtel où est descendu le prince saoudien.
bugatti-veyron-du-prince-parfaitement-bien-stationnee
La Bugatti Veyron du prince parfaitement bien stationnée…
La Bugatti Veyron du prince saoudien en stationnement à Paris.
La Bugatti Veyron du prince saoudien en stationnement à Paris.
Les braqueurs du prince saoudien ne se sont pas intéressés à son Range Rover plaqué or ni même à sa Bugatti Veyron, bien plus "cotées" !
Les braqueurs du prince saoudien ne se sont pas intéressés à son Range Rover plaqué or ni même à sa Bugatti Veyron, bien plus « cotées » !

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentSony : son Xperia SP se décline dans une version « Aqua » étanche
Article suivantWindows 8 : HP va sortir un PC à moins de 200 euros

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here