Problèmes de combinaisons spatiales pour la NASA

Alors que trois sorties spatiales complexes sont prévues dans les prochains jours, la NASA s’interroge au sujet des combinaisons spatiales.

Ce sont les 20 et 24 février et le 1er mars que trois sorties spatiales complexes sont prévues, des sorties qui devraient durer six heures. À l’approche de ces échéances, la NASA tente de résoudre un problème de combinaisons spatiales.

C’est en décembre dernier, lorsque les astronautes ont procédé à l’entretien de leurs combinaisons, qu’il a été constaté que le ventilateur d’une pompe n’accélérait pas comme attendu. Selon le blog de la NASA, c’est en nettoyant les circuits de refroidissement de sa combinaison que le commandant Wilmore avait constaté que « le système de refroidissement était anormalement bruyant ».

Une nouvelle combinaison a été livrée à la Station spatiale internationale (ISS). Pour ce qui est de l’autre combinaison, son système de refroidissement montre quelques signes de corrosion, mais il fonctionne, assure Kenneth Todd, directeur des opérations de l’ISS.

Les inquiétudes sont légitimes vu que « C’est le même type d’inquiétude que nous avions eu en 2013 quand nous avions eu à gérer le problème d’infiltration d’eau dans le casque », explique Kenneth Todd.

Il s’agit d’un problème récurrent au niveau d’une pièce du système de refroidissement du scaphandre qui avait failli noyer l’astronaute italien Luca Parmitano lors d’une sortie réalisée en juillet 2013.

« Il n’y a pas de risque de perdre un membre d’équipage », rassure Kenneth Todd en expliquant qu’en cas de panne de la pompe, les astronautes devraient rapidement revenir à la station.
Des tests plus poussés sont encore en cours pour le moment. Leurs résultats détermineront si la première de trois sorties dans l’espace, prévues ce vendredi 20 février, sera maintenue comme prévu ou pas.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPinterest veut lever 500 millions de dollars de plus
Article suivantCyberattaque : près d’un milliard de dollars de perte pour les banques

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here