Progress M-27M : est-ce que cargo spatial russe va s’écraser sur Terre ?

Devenu totalement incontrôlable, le cargo spatial russe Progress M-27M a entamé sa chute vers la terre. Risque-t-il vraiment d’atteindre le sol ?

Le cargo spatial russe Progress M-27M, un appareil inhabité transportant plusieurs tonnes de victuailles à destination des membres de la Station spatiale internationale, aurait normalement dû s’amarrer le 30 avril à l’ISS. Malheureusement pour lui l’engin s’est mis à tourner tout seul sur lui-même, ne répondant plus aux commandes des opérateurs de vols qui ont perdu son contrôle.

Alors que le cargo a entamé sa chute vers la Terre, l’appareil poursuivra sa chute si les opérateurs n’arrivent pas à rétablir la liaison après deux nouvelles tentatives peu prometteuses. Est-ce que vaisseau risque vraiment d’atteindre le sol ?

Selon un responsable du complexe spatial russe, « il est impossible de dire quand exactement le cargo retombera sur Terre. Mais la chute s’effectuera dans des conditions incontrôlables ». Ce qui signifie qu’il est impossible de savoir également où le cargo retombera, ni quand.

Il n’y a pas de raison de craindre quoi que ce soit. Ce type d’engin spatial est en effet conçu pour se désintégrer en rentrant dans l’atmosphère, en raison de la vitesse de la chute.

Dans le cas improbable où cela ne serait pas le cas, il y a plus de chance que cargo plonge dans les océans qui recouvrent la plus grande partie de notre planète.

Généralement, les cargos Progress lancés dans l’espace se désintègrent au-dessus du Pacifique une fois leur mission remplie. Dans ce cas, il s’agit d’une autodestruction programmée. Dans ce cas, plus aucun contrôle n’est de mise…

Il est bon de souligner que ce n’est pas la première fois que l’industrie spatiale russe perd le contrôle de ses appareils. Deux satellites coûteux ont déjà été perdus de la même manière. En 2011, la fusée de lancement Soyouz s’était d’ailleurs écrasée à la frontière entre la Mongolie et la Chine.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWindows 10 : 1 milliard d’appareils dans les 2 à 3 ans !
Article suivantFaute d’avoir trouvé sa cible, le réseau social Secret arrête

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here