Technologie

Les ingénieurs de Twitter expliquent comment ils censurent les conservateurs

Project Veritas Bombshell : les ingénieurs de Twitter expliquent comment ils censurent les conservateurs

Non, ce n’était pas de la paranoïa. Tout ce que vous avez toujours soupçonné concernant la censure par Twitter des opinions de droite à travers les « shadow-ban » est vrai. Dans sa dernière pique, James O’Keefe, un conservateur, a surpris huit employés actuels et anciens de Twitter en train d’admettre à la caméra qu’ils utilisaient cette pratique.

Twitter tente de se présenter comme une plate-forme médiatique politiquement neutre, mais comme le confirme la dernière vidéo du Project Veritas Bombshell, c’est tout sauf ça.
Abhinav Vadrevu, un ancien ingénieur logiciel de Twitter, a expliqué comment le « shadow-ban » fonctionne dans un restaurant de San Francisco le 3 janvier 2018.

« L’une des stratégies consiste à utiliser le “shadow ban” pour avoir le contrôle absolu », explique-t-il. « L’idée du “shadow ban” est de bannir quelqu’un, sauf qu’il n’a aucune idée qu’il l’a été puisqu’il peut toujours publier du contenu sauf que personne ne peut le voir. Ils pensent alors simplement que personne ne s’intéresse à leur contenu, alors qu’en réalité, personne ne le voit. »

Selon un employé actuel de Twitter, l’ingénieur logiciel Steven Pierre, le géant des médias sociaux est en train de militariser la pratique de la censure en l’automatisant.
« Chaque conversation va être évaluée par une machine et la machine va juger si c’est une chose positive ou négative », a déclaré Pierre à un journaliste de Project Veritas le 8 décembre 2017. « Et si c’est positif ou négatif n’est pas (inaudible), c’est plus si c’est agressif ou non. N’est-ce pas ? Quelqu’un insulte quelqu’un, n’importe quoi, n’importe quoi. Ils peuvent avoir raison, mais tout va juste disparaître… Ça ne va pas interdire la mentalité, ça va interdire, comme, la façon de parler. »

Twitter est également en train de mettre au point un système de « down ranking » ce qu’Olinda Hassan, responsable des politiques pour l’équipe de confidentialité et de sécurité de Twitter, appelle des « personnes merdiques ».

« Ouais. “C’est quelque chose sur lequel nous travaillons”, a déclaré Hassan au journaliste de Veritas. Nous essayons de faire en sorte que les gens merdiques n’apparaissent pas. C’est une chose sur laquelle nous travaillons en ce moment. » Essayer de filtrer les intimidateurs et les trolls qui n’ajoutent rien à la conversation est une chose, mais essayer de censurer du contenu pro-Trump ou conservateur sur la plateforme en est une autre. L’ingénieur Twitter Conrado Miranda a déclaré à Project Veritas, le 1er décembre 2017, que censurer les conservateurs est en effet « une réalité ».

Selon O’Keefe, l’agent de révision de contenu Twitter, Mo Norai, aurait admis le 16 mai 2017 que « par le passé, Twitter interdisait ou censurait manuellement le contenu pro-Trump ou conservateur ». Interrogé sur le processus d’interdiction des comptes, Norai a déclaré : « Sur des choses comme ça, c’était plus de la discrétion sur votre point de vue, ce que vous ressentez concernant un sujet en particulier, je suppose… »
En d’autres termes, c’était totalement subjectif, et étant donné la composition idéologique extrêmement  à gauche de la plupart des technophiles de la Silicon Valley, les utilisateurs de Twitter conservateurs étaient/sont à leur merci.

Norai a expliqué le déroulement du processus avec l’entreprise : « Ouais, s’ils me disaient que c’est “Pro-Trump”, je ne veux pas le voir parce que ça m’offense… je dis que j’ai banni toute cette affaire. Ça passera ici, ils me disent : “Oh, tu sais quoi, je ne l’aime pas trop, tu sais quoi, Mo a raison, allons-y, allons-y, qu’est-ce qui vient après ?”
Selon Norai, le contenu de gauche passerait leur processus de sélection avec moins d’examens politique : “après vérification, je verrai le contenu et je penserai ‘Oh, vous savez quoi ? C’est OK. Laissez passer ça’.

Ce sont des règles non formalisées que tout le monde comprend, explique Norai.
‘Beaucoup de règles non formalisées, et étant donné que nous sommes à San Francisco, nous sommes en Californie, c’est très libéral, un état très bleu. Vous devriez être… Je veux dire en tant qu’entreprise, vous ne pouvez pas vraiment le dire parce que ça vous ferait de la mauvaise publicité, mais derrière des portes closes, il y a beaucoup de règles. ‘Il ajouta’ il y avait, Twitter compterait… 90% Anti-Trump, peut-être 99% Anti-Trump.’

Un autre employé de Twitter, Pranay Singh, ingénieur en messagerie directe, a expliqué comment les algorithmes de ‘shadow ban’ sont conçus.
‘Ouais, vous cherchez Trump, ou l’Amérique, et vous avez comme cinq mille mots-clés pour décrire un redneck’, a expliqué Singh à un bar de San Francisco le 5 janvier. ‘Alors vous regardez et analysez tous les messages, toutes les images, puis vous cherchez des trucs qui correspondent à ce genre de choses. ’
Chez les employés de Twitter, les mots, Trump et America sont considérés comme ‘redneck’.

Lorsque Project Veritas a demandé à Singh si la majorité des algorithmes ciblaient des utilisateurs de Twitter conservateurs ou plutôt libéraux, il a admis : ‘Je dirais que la majorité de ces algorithmes sont destinés aux républicains’.

C’est la deuxième partie de l’enquête secrète de Project Veritas sur Twitter et la quatrième partie de sa série ‘American Pravda’ :
‘Comment @jack essaiera-t-il de faire tourner cela ?’ O’Keefe a tweeté, désignant le PDG de Twitter, Jack Dorsey. ‘La dernière vidéo, ils ont dit que ‘l’individu’ dans la vidéo ne représentait pas Twitter. Cette vidéo compte 8 personnes ! Et nous n’avons pas encore fini !’

Comme l’a mentionné O’Keefe dans la vidéo, d’autres vidéos mettant en vedette d’autres employés sont en cours.

‘Dans quel genre de monde vivons-nous où les ingénieurs informaticiens sont les gardiens de la ‘façon de parler des gens ?’, a dit O’Keefe dans une déclaration. ‘Cette enquête apporte des informations d’une grande importance publique qui éduque les gens sur la liberté qu’ils ont d’exprimer leurs opinions en ligne.’

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir par désactiver votre bloqueur de publicité.