Project Zero : le nom de code du futur Galaxy S6

Le futur smartphone Galaxy S6 se cache derrière le nom de code Project Zero, une appellation symbolique lourde de sous-entendus.

Plusieurs rumeurs circulent déjà au sujet du Galaxy S6, le futur fleuron de Samsung. Mais ce qu’il faut savoir, c’est que le nom de code de ce développement est Project Zero, une appellation symbolique lourde de sous-entendus.

Par Project Zero, on entend bien évidemment que les designers et ingénieurs de Samsung sont repartis de zéro pour totalement repenser l’appareil. Une telle décision n’est pas sans raison alors qu’ils auraient pu simplement faire évoluer le Galaxy S5.

Le fait est que le Galaxy S5 s’est nettement moins bien vendu que prévu, ce qui a plongé tout le groupe sud-coréen dans le doute alors que la concurrence, à l’instar bien évidemment d’Apple avec son iPhone 6, ne cesse d’augmenter ses ventes.

Le challenge pour Samsung est donc de repartir d’une feuille blanche avec le Project Zero, mais surtout de concevoir un smartphone qui soit en rupture avec ses prédécesseurs. Hormis les habituelles améliorations de performances du SoC ou l’escalade de la qualité graphique de l’écran, l’idée sera surtout de trouver une nouvelle voie en termes de design, mais aussi de redresser la barre au niveau des matériaux utilisés, laisser enfin de côté le plastique qui fait low-cost sur un terminal qui se veut haut de gamme.

Alors que les rumeurs parlent d’un écran Super AMOLED de 5,2 pouces (2560 x 1440 pixels), un processeur Qualcomm SnapDragon 810 ou d’un SoC Exynos 7420, 3 Go de RAM, un capteur photo de 16 ou de 20 millions de pixels, le tout fonctionnant sous Android 5.0, la véritable question serait plutôt de savoir quel sera son nouveau design et quels seront les matériaux utilisés pour la coque.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentConsumer Preview de Windows 10 se balade en Chine
Article suivant5 fonctions utiles du Galaxy Note 4

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here