Projet Ara : une interchangeabilité qui pourra se faire aussi à chaud

Alors que le projet Ara de Google prévoit le développement d’un smartphone entièrement modulaire, on apprend que l’interchangeabilité des modules pourra se faire aussi à chaud.

Le projet Ara de Google prévoit la commercialisation d’un smartphone entièrement modulaire pour le début de l’année prochaine. La principale caractéristique du projet Ara est que l’utilisateur pourra choisir les modules qu’il souhaite dans le but de créer le terminal de ses rêves, celui de ses besoins ou celui de ses moyens financiers.

D’après le blogue de Phonebloks, la liste des partenaires de Google sur ce projet ne cesse de s’allonger, notamment avec d’étroites collaborations avec Quanta, Toshiba, Rockchip, Foxconn, Laird Technologies, Array Labs, etc.

Alors que la commercialisation des premiers appareils, et des premiers modules, est prévue pour le début de l’année prochaine, on apprend que « Les utilisateurs d’un téléphone Ara pourront alimenter leur appareil avec une ou plusieurs batteries; ils seront en mesure de remplacer une batterie morte pour une neuve, sans avoir à éteindre leur téléphone; ils seront en mesure de recharger une ou plusieurs batteries installées dans leur téléphone à partir d’une ou de plusieurs sources de recharge électriques ». Cette prouesse sera rendue possible par l’utilisation d’une version modifiée d’Android L, le prochain système d’exploitation mobile de Google, une interchangeabilité à chaud qui intéressera certainement de nombreux utilisateurs.

Projet Ara

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentThunderbolt 2 Express HD : un nouveau dock signé Belkin
Article suivantWindows 10 : qu’est-ce qui va faire oublier Windows 8 ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here