Projet Ara : Yezz présente un prototype

En présentant un prototype de smartphone du projet Ara, Yezz démontre que le principe du téléphone modulaire imaginé par Google avance.

Avec son projet Ara, l’idée de Google est toute simple : proposer un smartphone modulaire qui pourrait s’assembler comme un jeu de construction. Le but d’un tel appareil est qu’il suffirait de remplacer le module défectueux en cas de panne, ou remplacer le module le plus vétuste par un plus performant plutôt que de changer tout le téléphone. Via un catalogue de modules, l’utilisateur pourrait par ailleurs composer son terminal selon ses besoins ou selon ses moyens.

Alors qu’Ara n’en est toujours qu’à la phase de projet, l’entreprise américaine Yezz profite du Mobile World Congress (MWC) de Barcelone pour y présenter un prototype. Bien que l’appareil ne paie pas de mine, les journalistes et blogueurs font la queue pour venir le voir.

Le prototype exposé est équipé d’un écran haute définition, d’une batterie, d’une connexion pour un chargeur, d’un appareil photo, de la 4G etc., différents modules de forme et de tailles différentes autour d’un squelette. « La version définitive n’aura pas cet aspect ni ce poids », précise Marion Chaparro, représentante de Yezz en Europe.

Alors que la durée de vie d’un téléphone intelligent est en moyenne de deux ans, Google promet une durée de vie de cinq ou six ans pour l’ossature de son smartphone. « C’est bon pour l’environnement », estime Annette Zimmermann, spécialiste du secteur des télécoms pour le cabinet Gartner.

Le principe du projet Ara séduit tous les passionnés de technologie, « Il faudra voir si le public adhère », avertie Annette Zimmermann.

Une autre inconnue va être le modèle économique de cet appareil, plus exactement du squelette et des modules qui l’accompagnent. Google ne parle en effet pas encore du prix de vente en se contentant d’évoquer un coût de production de 50 à 100 dollars pour un modèle d’entrée de gamme. « Google ne cherche pas à gagner directement de l’argent avec Ara, il cherche essentiellement à diffuser des téléphones intelligents dans les pays à faible pouvoir d’achat et à fédérer l’écosystème autour d’Android », fait remarquer Jérôme Colin.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRéalité virtuelle : le spectaculaire casque Vive d’HTC
Article suivantGoogle va devenir opérateur mobile virtuel aux États-Unis

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here