Projet Loon : le CNES s’associe à Google

Dans le but d’apporter internet à toute la planète, Google travaille sur le projet Loon, des ballons stratosphériques qui feraient office de relais pour internet. Le CNES a conclu un partenariat pour ce projet.

Une des ambitions de Google est d’apporter internet à toute la planète. Si plusieurs pistes sont envisagées, une d’entre elles consiste à utiliser des ballons stratosphériques gonflés à l’hélium en guise de relais pour fournir un accès internet à la totalité de la planète, y compris dans des zones difficiles à raccorder par voie terrestre.

Baptisé Loon, comme Balloon (ballon), ce projet vient de recevoir un soutien de poids. En effet, Google a conclu un partenariat avec le Centre national d’études spatiales (CNES), un organisme qui bénéficie d’une certaine expertise en la matière vu qu’il a déjà lancé plus de 3 500 ballons stratosphériques depuis 1962. Bouclé cet été, cet accord a été officialisé ce jeudi 11 décembre.

Le projet Loon prévoit l’utilisation de ballons fabriqués par Aerostar, une filiale de la NASA. Les deux partenaires espèrent que les premiers ballons pourront être mis en service d’ici la fin de cette décennie, soit avant 2020.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMars : Curiosity détecte un lac de 150 km de large
Article suivantPhilae : lorsque 20 ans de travail ne tiennent plus qu’en quelques minutes

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here