Publicité : Facebook lance une nouvelle version de sa plateforme

Facebook compte bien se donner les moyens de devenir le n°1 mondial de la publicité en ligne. Pour ce faire, le réseau social vient de lancer officiellement une nouvelle version de sa plateforme publicitaire : Atlas. Publicité : Facebook relance Atlas pour un ciblage multicanal

Être la deuxième plateforme publicitaire au monde derrière Google n’est pas du goût de Facebook, le réseau social ambitionne en effet d’être le n°1 mondial en la matière. Pour y parvenir, le réseau de Mark Zuckerberg compte sur le principe de base que plus on a de membres, plus on collecte de données, plus celles-ci sont analysables, ce qui, au final, signifie qu’elles ont plus de valeur.

C’est dans ce contexte que Facebook lance officiellement aujourd’hui une nouvelle version de sa plateforme publicitaire : Atlas.

Lors de ce lancement, le réseau social compte ouvrir sa plateforme à tous les départements marketing de la planète pour qu’ils viennent directement y chercher des informations sur les membres du réseau, des données qui permettront de mieux cibler les campagnes publicitaires, mais aussi de mieux mesurer leur impact.

Capable de suivre le comportement des utilisateurs, quel que soit l’appareil, fixes ou mobiles, ou peu importe la version du navigateur web sur lequel ils opèrent, les analyses d’Atlas sont particulièrement poussées.

Comme l’explique Ryan Skinner, analyste chez Forrester, « si Facebook arrive à positionner des publicités dans le newsfeed sur mobile de manière à ce que, d’une part elles suscitent l’adhésion, d’autre part qu’elles ne réduisent pas l’engagement des utilisateurs, la source de revenus potentielle est énorme ». C’est là qu’intervient Atlas, un outil qui vise à faire travailler main dans la main les annonceurs et l’agence en favorisant le développement de contenus spécifiquement taillés selon le profil des membres.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFaille du Bash : Apple rassure face aux alertes
Article suivantBlackBerry : une rupture nommée Passeport

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here