Publicité sur mobile : les opérateurs européens veulent déclarer la guerre

La colère gronde en Europe, les opérateurs européens veulent déclarer la guerre à la publicité sur mobile.

Pour les opérateurs européens, le constat est simple. D’un côté les annonceurs vont dépenser 69 milliards de dollars cette année dans la publicité sur mobile, de l’autre les sociétés de médias en ligne profitent de réseaux haut débit sans pour autant débourser un centime au sein de leurs infrastructures. Leur idée serait donc de bloquer la publicité mobile pour exercer une certaine forme de pression.

Pour ceux qui s’en rappellent, Free avait justement activé un bloqueur publicitaire sur le serveur de la Freebox il y a quelques années, tout comme il avait bridé le streaming des vidéos provenant de la plateforme YouTube. Le hic, c’est qu’en ne ciblant qu’une seule société, Free n’avait pas respecté la neutralité du net. Cela n’avait pas empêché Xavier Niel de déclarer à l’époque : « Nous allons continuer. Nous allons couper les publicités de temps en temps. Et un jour, nous les couperons pour de bon ».

Selon le Financial Times, plusieurs opérateurs européens auraient déjà planifié de passer à l’acte, de bloquer les publicités sur leurs réseaux mobiles. Le média annonce même que l’un d’eux aurait déjà installé un logiciel de blocage sur ses serveurs et envisagerait de l’activer avant la fin de l’année.

Il s’agirait d’un outil développé par la société israélienne Shine, un outil capable de bloquer les publicités insérées au sein des pages web et des applications, mais pas celles intégrées nativement dans le flux de mises à jour comme pour Facebook ou Twitter.

En agissant de la sorte, le but serait de déclarer la guerre aux sociétés de médias en ligne qui profitent des réseaux haut débit sans pour autant débourser un centime pour les infrastructures.

Selon Roi Carthy, directeur marketing de Shine, si ce dispositif est mis en place par les opérateurs, « des dizaines de millions d’abonnés à travers le monde activeront le blocage de la publicité avant la fin d’année […] Cela pourrait avoir un impact dévastateur sur l’industrie de la publicité en ligne ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentChrome : Google impose le Chrome Web Store pour toutes les extensions
Article suivantHyperlapse : Microsoft propose son application pour Windows Phone et Android

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. Il me semble que c’est le minimum; sur mobile, c’est l’utilisateur qui paie sa consommation de bande passante, alors c’est vraiment chiant que celle-ci serve à diffuser des contenus publicitaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here